Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

L'infante Cristina ou la princesse déchue

Par le lundi 11 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
 L'infante Cristina et son époux Inaki Urdangarin à la sortie de l'audience
L'infante Cristina et son époux Inaki Urdangarin à la sortie de l'audience © Maxppp

C'est LE procès people de l'année et surtout une grande première en Espagne: une des soeurs du roi, l'infante Cristina et son mari médaillé olympique comparaissent avec 16 autres accusés dans une affaire de détournement de fonds publics. Un scandale qui a contribué à ternir l'image de la monarchie.

C'est le conte de fée qui finit en déchéance: la jadis si populaire princesse Cristina de Bourbon, fille cadette du roi Juan Carlos et de la reine Sofia, soeur du nouveau roi d'Espagne Felipe VI, est accusée de complicité de délits fiscaux, complice de son mari accusé de fraude et de corruption. C'est la toute première fois depuis l'instauration de la monarchie constitutionnelle qu'un membre de la famille royale se retrouve dans le box des accusés.

Le procès a lieu à Palma de Majorque aux Baléares... 

Là où le couple et ses quatre enfants passaient tous leurs étés royaux, là où l'époux Inaki Urdangarin, ancien médaillé olympique de handball reconverti en hommes d'affaires, signaitdes contrats surévalués à la tête d'une fondation à but non lucratif dédiée à l'organisation d'évenements sportifs: Il aurait détourné 6 millions d'euros de fonds publics: les revenus, dissimulés au fisc, auraientt financé des dépenses personnelles du couple, voyages, travaux et cours de danse. Le procureur a requis 19 ans de prison à son encontre, trois de moins pour son associé.

Mais l'infante Cristina elle pourrait finalement échapper aux poursuites.

Le juge d'instruction voulait démontrer qu'elle était partie prenante mais le procureur s'y est opposé: elle pourrait même échapper à un jugement pour fraude fiscale: seule une association d'extrême-droite s'est portée partie civile. L'infante Cristina a toujours soutenu qu'elle ne savait rien, qu'elle faisait une confiance aveugle à son époux depuis 18 ans, et refuse d'en divorcer, malgré les pressions de la maison royale. Le couple vit en exil doré à Genève où la Caixa troisième entité financière espagnole a créé un poste sur mesure pour elle; Cristina y travaille aussi pour le réseau de l'imam philanhrope Aga Khan. Son frère l'a déchue de son titre de duchesse de Palma offert par son père en cadeau de mariage. Il faut dire que l'abdication du roi Juan Carlos a été accélérée par cette affaire d'autant plus que selon l'associé le roi était parfaitement au courant et approuvait les agissements de son gendre.

Le procès a été suspendu hier à l'issue de la première journée d'audience... il reprendra le 9 février... le tribunal doit examiner des points de droit soulevés par la défense de l'infante...