Émissions Toutes les émissions

Tous Européens

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Augmentation du prix des péages: les automobilistes français pollueurs-payeurs

Par le lundi 19 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
L'autoroute A7 dans la Drôme - Image d'illustration
L'autoroute A7 dans la Drôme - Image d'illustration © Radio France - Stéphane Milhomme

Un milliard d'euros, c'est le montant que le gouvernement veut consacrer au nouveau plan autoroutier, dont les premiers travaux seront lancés fin 2017. Financé en partie par une augmentation des péages, il permettra aussi de réaménager des éco-ponts pour les animaux ou des aires de covoiturage.

"Si l'on veut que notre équipement autoroutier corresponde à la qualité de ce que doivent être aujourd'hui les moyens de transport au niveau européen, il est normal que ce soient les utilisateurs qui paient et pas l'ensemble des ménages". C'est ainsi que le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone justifie la nouvelle augmentation du tarif des péages. Ce à quoi une autre socialiste Marie-Noëlle Lienemann répond qu'elle n'est "pas acceptable au regard des profits considérables engrangés par les sociétés concessionnaires": la sénatrice ex-eurodéputée propose même de renationaliser le réseau autoroutier. Et cette polémique, sur fond de campagne électorale, est à l'image de la situation en Europe.

A savoir des systèmes très diversifiés... mais où la France a les faveurs de la Commission européenne

Si vous avez traversé l'Europe en voiture cet été, vous l'avez forcément constaté: rares sont les pays où les autoroutes sont gratuites. De plus en plus de pays, de villes instaurent des vignettes ou des taxes écologiques l'Autriche, la Roumanie ou la Suisse; d'autres préfèrent des systèmes de péages comme l'Italie, la Norvège, Londres. En sachant que le système de vignettes revient beaucoup moins cher à l'automobiliste régulier que le péage à la distance parcourue, en vigueur en France. Et loué par Bruxelles parce qu'il permet de mettre en application le principe du pollueur-payeur.

Bruxelles ne peut pas imposer un système unique mais réfléchit à une meilleure harmonisation

Contrairement à ce qu'affirme encore un tabloid néerlandais il n'y a pas de projet de super-péage autoroutier européen. Cela reste de la compétence de chaque Etat membre, la Commission fixe les grandes lignes par exemple en terme de coût environnemental et veille au respect des traités notamment au principe de non-discrimination. D'où la procédure lancée contre l'Allemagne contre sa vignette automobile à payer par tous mais que les Allemands pourraient ensuite déduire de leur taxe automobile. Berlin campe sur ses positions, vient encore de répondre à Bruxelles que son système est non discriminatoire et euro-compatible. La Commission va donc saisir la Cour de justice de l'UE, a priori avant la fin de l'année. Et proposera bientôt de de rendre les système de péages électroniques interopérables, ce qui permettra notamment aux routiers de d'utiliser différents systèmes de télépéages en n'en achetant qu'un seul badge.