Replay du lundi 30 novembre 2015

COP21: L'Europe veut continuer à jouer un rôle moteur

- Mis à jour le

"Les bons sentiments, les déclarations d'intention ne suffiront pas", a lancé François Hollande aux dirigeants du monde entier, appelant les 195 pays + l'Union européenne à trouver un accord contraignant pour contenir le réchauffement climatique. L'Europe a fait partie des plus vertueux jusque là.

L'actualité européenne.
L'actualité européenne.

En 25 ans, depuis le premier rapport Groupe d'experts sur le climat mis en place par l'ONU, l'Union s'est fixé des objectifs contraignants, et elle sur le point de les atteindre, puisque nous avons aujourd'hui réduit nos émissions de gaz à effet de serre de presque 18%, notre engagement était de 20%. Nous avons promis également d'augmenter la part d'énergies renouvelables à 20% et d'augmenter l'efficacité energétique des bâtiments de 20% d'ici 2020, à tel point que notre nouvel objectif est désormais d'atteindre une baisse de 40% d'ici 2030, de 50% d'ici 2050.

La France n'étant pas vraiment le meilleur élève européen

Effectivement les émissions de CO2 n'ont baissé que de 10%;notre agriculture fait partie des plus polluantes, idem pour les ménages, d'autant plus quenous produisons encore bcp trop de déchets; pour les services, les transports et l'industrie, deuxième poste le plus polluant, nous sommes dans la moyenne; en matière de production d'énergie nous nous classons parmi les meilleurs, grâce si l'on peut dire, au nucléaire. En revanche en matière d'énergies renouvelables, nous sommes largement à la traîne alors que dans un pays comme la Suède ils constituent déjà la moitié de l'approvisionnement énergétique. A noter que nous n'avons que 32% de forêts, la moyenne européenne est à 42%.

En sachant que tous ces polluants ont évidemment une incidence sur la santé humaine

La pollution atmosphérique par les particules, le dioxyde d'azote et l'ozone, est responsable de plus de 500.000 décès prématurés par an en europe, dont 10% en France. Malgré cela, on l'a vu avec le scandale Volkswagen, les dirigeants, sous la pression des industriels, privilégient encore trop souvent les intérêts économiques. Alors que "le monde est au pied du mur" comme l'a rappelé François Hollande, alors que les Etats-Unis et la Chine promettent aujourd'hui d'assurer leur part de responsabilité, la question est de savoir si l'Europe gardera son rôle de leadership. Elle veut en tout cas être le premier contributeur du financement climatique pour aider les pays en développement à rattraper leur retard.

Mots clés: