Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

L'Europe aide à promouvoir une alimentation saine dès l'école

Par le mardi 12 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
© Maxppp

La consommation de fruits, de légumes et de lait continue de chuter en Europe. Pour lutter contre l'obésité et promouvoir une alimentation saine dès l'école, l'Union vient de s'accorder sur un programme de 250 millions d'euros par an, qui permettra aussi de soutenir les producteurs locaux.

Les jeunes Européens se nourrissent de plus en plus mal. Plus de 20 millions d'enfants, prèsque un sur 4 est déjà en surpoids, et rares sont les adolescents à manger 5 fruits et légumes par jour: la consommation se situe plutôt entre 30 et 50% de l'apport journalier recommandé. C'est la raison pour laquelle le Parlement européen veut promouvoir l'alimentation saine dès le plus jeune âge, à l'école. En continuant notamment à financer la distribution y compris de lait et de produits laitiers.

Ces programmes sont déjà anciens: ils étaient menacés, les voilà augmentés

Le programme en faveur du lait a presque 40 ans, les distributions de fruits et légumes dans les écoles existent depuis 2009, mais les Etats membres devaient en financer la moitié et n'utilisaient pas toujours leur enveloppe budgétaire. Désormais tout sera financé par l'Union: les programmes lait, fruit et légumes ont été regroupés et simplifiés, ils sont passés de 190 millions à 250 millions d'euros par an. Les eurodéputés ont bataillé pour obtenir 20 millions de plus en faveur du lait et des produits laitiers frais et locaux plutôt que des aliments transformés.

Cet argent permettra aussi de faire davantage de pédagogie

De mettre les enfants en contact avec les agriculteurs, d'aller visiter des fermes, d'apprendre à lutter contre le gaspillage alimentaire. De soutenir le bio et les circuits courts. Et les agriculteurs en ont bien besoin. Surproduction laitière, embargo russe et guerre des prix dans la grande distribution n'ont fait qu'accroître la crise et chuter les prix payés aux éleveurs et producteurs notamment français. Que l'Etat ne peut pas soutenir sans respecterles règles européennes. Bruxelles enquête actuellement sur certaines mesures décidées l'été dernier par le gouvernement français en pleine crise agricole. La Commission a reçu des plaintes pour "comportements anticoncurrentiels".