Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

Quand nos voisins nous aident à nous chauffer

Par le mardi 17 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
L'Allemagne fournit l'Alsace en éolien
L'Allemagne fournit l'Alsace en éolien © Maxppp - Jérôme Gorin

La France traverse une vague de froid particulièrement intense, qui s'accompagne très logiquement d'une forte hausse de la consommation en énergie. RTE n'exclut pas des mesures d'approvisionnement exceptionnelles. Pour s'approvisionner, la France peut aussi compter sur ses voisins.

RTE, Réseau de transport d'électricité, pourrait prendre des mesures d'approvisionnement exceptionnelles ces prochains jours si la vague de froid de ce mois de janvier se prolonge. La société s'est entendue avec 21 sites industriels pour qu'ils réduisent leur consommation en cas de surchauffe, c'est l'alerte Eco2mix.

RTE a aussi conclu des accords avec ses homologues européens. En ce moment, la France importe de l'électricité d'Allemagne, de Grande-Bretagne et d'Espagne. Mais la coopération entre fournisseurs va bien au delà. Il y a quelques jours, RTE et sept autres gestionnaires ont préparé un plan d'action pour harmoniser leurs ressources. Ces gestionnaires français, belge, allemands, espagnol, néerlandais, italien et suisse veulent limiter les risques de coupure, en reportant des opérations de maintenance, par exemple, ou en réduisant leurs marges de sécurité.

Mutualiser l'approvisionnement en énergie

Les gestionnaires mutualisent, en s'adaptant aux particularités nationales. La France s'appuie pour l'essentiel sur son industrie nucléaire mais huit réacteurs sont à l'arrêt. L'Allemagne peut l'alimenter en éolien ou en solaire, sauf en cas de météo contraire. Le souci, c'est souvent l'acheminement. L'Alsace est facile à alimenter en électricité allemande ou suisse. La Bretagne est moins bien placée.

Enfin, en période de disette, pas question d'acheter l'électricité trop cher. RTE participe maintenant à des enchères transfrontalières hebdomadaires. Ce "marché commun" des stocks élémentaires d'énergie, la "réserve primaire", assure presque la moitié des besoins de six états d'Europe de l'ouest.

Bruxelles veut par ailleurs garantir la sécurité énergétique de tout le continent. La Commission a lancé il y a un an un grand projet d'union européenne de l'énergie. Sans surprise, elle va promouvoir et la modération et les énergies renouvelables. Elle veut encourager la solidarité et la transparence des marchés. Bruxelles veut aussi diversifier les approvisionnements. Pour notre alimentation en gaz, c'est essentiel. La Russie, par exemple, a fourni un tiers du gaz consommé en Europe. Les pratiques de Gazprom dans huit états de l'est de l'UE, pour verrouiller les marchés, intriguent d'ailleurs Bruxelles, qui a ouvert une enquête.