Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Des frontières pour les sodas

Par le mardi 27 octobre 2015
Podcasts : iTunes RSS
La France a banni les fontaines à soda
La France a banni les fontaines à soda © Maxppp - Lionel Vadam

D'un pays à l'autre, les recettes des sodas les plus célèbres varient. Un soda à l'orange sera plus sucré en Italie qu'en Grande-Bretagne, selon une étude de l'ONG britannique CASH, comme "Consensus Action on Salt and Health",

Cette association milite contre la présence excessive de sel et de sucre dans l'alimentation. L'ONG a comparé 274 canettes de soda produites un peu partout dans le monde. Premier constat: à quelques exceptions près, ces boissons gazeuses sont globalement moins sucrées en Europe qu'ailleurs. Un exemple: en Thaïlande, une canette de Sprite de 33 cl contient 47 grammes de sucre, 24 grammes en Grande-Bretagne, 22 seulement en Allemagne. Autre exemple: le Fanta orange. On trouve 43 grammes de sucre dans une canette en Inde, 23 en Grande-Bretagne.

Des variations entre les différents pays d'Europe

La fameuse canette de limonade orange est plus sucrée en Italie, 39 grammes, qu'en France, 32 grammes ou en Allemagne, 30 seulement. Une canette de Sprite allemande contient 30 grammes de sucre, 19 seulement chez le voisin autrichien. Pourquoi de telles différences? Les industriels affirment qu'ils se conforment au goût et aux habitudes de leur clientèle. On se souvient du débat ici, en France, sur les yaourts et les boissons qui contenaient plus de sucre dans les DOM-TOM qu'en métropole. Il avait fallu légiférer pour réduire ces taux. Et aussi pour interdire chez nous les fontaines à soda. Et aussi pour interdire chez nous les fontaines à soda, c’était le printemps dernier.

Une vraie question de santé publique

A l'ONG Cash, qui reproche aux fabricants de dépasser les doses quotidiennes recommandées par l'OMS, le Conseil international des associations de boissons répond que les consommateurs n'ont qu'à lire les étiquettes avant d'acheter. Pour l'ONG, l'industrie du soda est en partie responsable de la progression de l'obésité dans le monde. Elle dénonce aussi des taux alarmants de sucre et de sel dans les pop-corn.

Rappelons que six Européens sur 10 sont trop gros, un enfant sur trois est en surpoids.