Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 21h

Evasion fiscale: le Panama dans l'oeil du cyclone
Evasion fiscale: le Panama dans l'oeil du cyclone © Maxppp - Maxppp

Evasion fiscale: le Panama dans l'oeil du cyclone

Diffusion du mardi 5 avril 2016 Durée : 3min

Le scandale "Panama Papers" s'étend. En Islande le Premier ministre démissionne, en France le Front national et la banque Société Générale sont mis en cause par les dernières révélations. Paris va réinscrire le Panama sur sa liste noire des paradis fiscaux, ce que l'UE avait fait dès l'an dernier.

En publiant ces "Panama Papers", ces 11 millions de documents sur une évasion fiscale à l'échelle planétaire, le Consortium international des journalistes d'investigation complète son OffshoreLeaks sur les paradis fiscaux, LuxLeaks sur les arrangements des multinationales avec le Luxembourg, ou SwissLeaks sur l'implication de la banque HSBC, qui avaient déjà obligé l'Europe à réagir. D'abord le Parlement européen, qui enquête par ailleurs sur le Front national et a suspendu le versements de salaires pour des irrégularités sur les assistants parlementaires. Puis la Commission qui a présenté en janvier deux directives, sur l'échange automatique d'informations entre les administrations fiscales, l'autre pour "taxer les profits dans le pays dans lequel ils sont générés".

D'ailleurs le Commissaire européen Pierre Moscovici appelle les 28 à les adopter rapidement et à accélérer la lutte contre l'évasion fiscale

Sauf que lorsqu'il était ministre à Bercy, et que son prédecesseur à Bruxelles Michel Barnier s'échinait à imposer plus de transparence aux banques, la France a tout fait pour freiner ses efforts. Aujourd'hui c'est encore sous la pression de la Commission que les choses avancent, alors que son président Jean-Claude Juncker a dirigé l'un des pires paradis fiscaux, le Luxembourg. D'où la volonté y compris des eurodéputés de ne pas trop remuer le passé, mais de pousser les Etats à jouercollectif à l'avenir, d'autant qu'il faut l'unanimité pour les décisions.Or il en va de notre intérêt à tous. François Hollande l'a bien compris, se félicitant des rentrées fiscales que vont offrir ces révélations: sur les 20 milliards de redressements notifiés l'an dernier,12 milliards ont déjà été récupérés.

François Hollande qui salue d'ailleurs le rôle des "lanceurs d'alerte"dans ce dossier

C'est une chose de les remercier, une autre de les soutenir. Edward Snowden à l'origine des révélations sur les écoutes menées par les services de renseignements américains de la NSA est toujours réfugié en Russie, aucun pays européen n'a accepté de l'accueillir, Julian Assange le fondateur de Wikileaks est toujours confiné à l'ambassade de l'Equateur à Londres; Antoine Deltour et Edouard Perrin à l'origine des révélations Luxleaks sont poursuivis par la justice luxembourgeoise. Il faudrait les soutenir publiquement estime notamment la Ligue des Droits de l'homme.