Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 21h

Les questions budgétaires balayées par la lutte contre le terrorisme
Les questions budgétaires balayées par la lutte contre le terrorisme © Maxppp - Maxppp

Les questions budgétaires balayées par la lutte contre le terrorisme

Diffusion du mercredi 23 mars 2016 Durée : 2min

Le premier ministre Manuel Valls était à Bruxelles ce mercredi. Une visite maintenue, en dépit des attentats. Mais qui n'a pas porté sur les discussions budgétaires, comme cela devait être le cas: la France et la Commission se sont affichées unies sur la sécurité en Europe.

"Nous respecterons nos engagements budgétaires", a simplement lâché Manuel Valls à l'issue de sa rencontre avec la Commission européenne, qu'il devait a priori rassurer sur le déficit public et les réformes structurelles engagées par la France. "Ce n'était ni l'heure ni le jour pour en parler, a souligné le commissaire aux affaires économiques Pierre Moscovici. Une manière de balayer sous le tapis les sujets qui fâchent, cela avait été le cas aussi après les attentats du 13 novembre, de faire oublier les propos de Michel Sapin sur la supposée "naïveté" des autorités belges face au communautarisme après les attentats, et d'afficher une unité totale dans ce qui est devenu la priorité absolue: la lutte contre le terrorisme.

A l'image des ministres européens de l'intérieur et de la justice qui se réuniront demain à Bruxelles, la France et la Commission veulent renforcer encore la sécurité.

Pendant que la France veut encore accentuer les mesures sécuritaires dans ce que Manuel Valls continue à appeler la guerre contre les terroristes, un terme qui heurte certains de nos partenaires, le président de la Commission Jean-Claude Juncker prône, une Union de la sécurité, à l'image de l'union économique ou de l'énergie.

Les 28 devraient commencer par adopter et appliquer les mesures déjà annoncées

Le déploiement rapide de garde-frontières européens, la mise en oeuvre des contrôles systématiques aux frontières, sur le trafic d'armes, ou assécher le financement du terrorisme. Le Parlement européen est une nouvelle fois mis sous pression pour voter le PNR, le fichier des passagers aériens, Manuel Valls a même prévu de se rendre à Strasbourg en avril pour convaincre les présidents des groupes politiques de l'approuver, ce qui devrait être le cas lorsque les Etats auront adopté les textes sur la protection des données. Même si la seule mesure réellement efficace est une collaboration accrue entre les services secrets. "Elle ne se fait pas pour des raisons qui m'échappent souligne Jean-Claude Juncker, alors que c'est l'évidence".