Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

1min

Pour vivre vieux, les Européens doivent changer leurs habitudes

Par et le mercredi 23 septembre 2015
Podcasts : iTunes RSS
Six Européens sur dix en surpoids
Six Européens sur dix en surpoids © Maxppp

La santé des Européens continue de s'améliorer mais la tendance pourrait s'inverser s'ils ne changent pas leurs habitudes de consommation. C'est le bilan du dernier rapport sur la santé en Europe de l'OMS, publié tous les trois ans.

 L'organisation mondiale de la santé prévient, c'est l'espérance de vie de la prochaine génération qui pourrait reculer, à cause de la mauvaise hygiène de vie des Européens. L'OMS s'est penchée sur 39 pays, ceux de l'Union européenne et d'anciennes Républiques soviétiques. Conclusion: la consommation d'alcool, et de tabac dans ces régions atteint le taux le plus élevé au monde. Selon le rapport, 30% de la population fume. Et un Européen consomme en moyenne onze litre d'alcool pur par an. Le troisième fléau c'est l'obésité:.59% de la population est en surpoids ou obèse. Dans certains pays on approche même les 70%. L'Europe se classe ainsi juste derrière la Région Amérique, qui détient le record.

Depuis 2012, les États ont davantage pris conscience des risques liés au tabac et à l'alcool, dont la consommation a tendance à baisser. Résultat : le nombre de morts prématurées pour les maladies cardiovasculaire, le diabète et les maladies respiratoire chroniques recule rapidement. Mais les progrès sont lents selon l'OMS. Surtout l'obésité qui, elle, augmente. Et même de façon radicale dans une majorité des pays. Le risque, si l'Europe n'endigue pas le phénomène, c'est que la prochaine génération vive moins longtemps.

 L'espérance de vie n'est pas la même pour tous

L'écart s'est réduit mais il reste tout de même de 11 ans en Europe. On vit en moyenne jusqu'à 82 ans en France, en Espagne ou en Italie contre seulement 71 ans en Russie. Les Européens ne sont pas non plus égaux face à la mortalité infantile. Elle peut être jusqu'à dix fois plus élevée d'un pays à l'autre. D'autres facteurs jouent un rôle déterminant dans la santé des Européens comme le taux de scolarisation et le taux de chômage. Et là encore ils sont loin d'être égaux.