Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 21h

Journée mondiale de lutte contre le sida au Népal
Journée mondiale de lutte contre le sida au Népal © Maxppp - Maxppp

Sida: dans l'UE un porteur sur 7 ignore sa contamination par le VIH

Diffusion du mercredi 30 novembre 2016 Durée : 2min

Le VIH et le Sida restent un problème grave dans l'Union. Le centre européen de prévention et de contrôle des maladies tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre la maladie. Souvent la contamination n'est diagnostiquée que tardivement.

.

L'an dernier, un nouveau record de contaminations par le VIH a été enregistré sur le continent européen, dont les deux tiers en Russie, où le sida reste largement tabou. Mais rien que dans l'Union européenne, 30.000 personnes ont contracté la maladie, malgré nos efforts, s'inquiète la Commission qui souligne que beaucoup de ces concitoyens vont devoir faire face, en plus des problèmes de santé, à l'exclusion sociale, à l'isolement, à la stigmatisation, et pour certains à l'extrême pauvreté.

Un porteur du VIH sur 7 ignore son état et ne se fait pas soigner

Selon le centre européen de prévention et de contrôle des maladies, près de la moitié des cas sont diagnostiqués à un stade tardif de la contamination, souvent en lien avec d'autres maladies: en moyenne quatre ans après, or les traitements permettent aujourd'hui de sauver la vie, mieux vaut les commencer tôt, et éviter de contaminer d'autres personnes. D'où l'accent mis depuis des années sur le dépistage. La semaine dernière avait lieu la 4ème testingweek, semaine européenne du dépistage du VIH et des hépatites: co-financée par l'industrie pharmaceutique, elle est déclinée différemment dans les Etats membres mais elle permet surtout là où le dépistage anonyme reste difficile de savoir où se procurer les auto-tests à effectuer soi même. Le site hiveurope.eu regroupe les différentes initiatives, les bonnes pratiques et les législations encore trop restrictives.

Dans ce domaine la France fait partie des bons élèves européens

Elle a réussi à simplifier et à décentraliser le dépistage pour le rapprocher notamment des populations à risque qui ne vont pas dans des centres médicaux; des unités mobiles existent à Barcelone ou à Lisbonne, appelées check-point; la belgique a pris du retard après le dernier changement de gouvernement; en Grèce elles fonvctionnaient bien avant que les fonds ne soient coupés; ils ont été diminués en Hongrie. La France est l'un des premiers pays à rembourser les médicaments à prendre avant une pratique à risque, développe les salles de shoot. Bruxelles ne s'immisce pas dans les politiques de santé qui restent de la compétence des Etats, mais elle finance de nombreux projets à destination des jeunes, des détenus et des pays tiers, notamment africains, où la situation s'est beaucoup améliorée, contrairement à la Russie ou l'Ukraine: le dernier rapport européen est d'ailleurs traduit en partie en russe.