Émissions Toutes les émissions

Tous Européens

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Dieselgate: après Volkswagen, Renault dans la tourmente

Par le vendredi 15 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS

Les émissions de diesel n'ont pas fini de faire scandale. Après Volkswagen, c'est le constructeur Renault qui est dans la tourmente: taux de pollution trop élevés, perquisitions et chute des cours en bourse. Dossier sur lequel le Parlement européen entame un bras de fer avec les Etats membres.

"Il ne s'agit en aucun cas d'une situation comparable à celle de Volkswagen, s'est empressé de préciser le gouvernement. Il n'y a pas chez Renault de logiciel truqueur, mais un dépassement des seuils autorisés"."Quand ces émissions polluantes dépassent de trois à cinq fois les normes européennes, ça s'appelle une fraude", répond l'eurodéputé vert Yannick Jadot, qui précise d'ailleurs qu'on n'a d'ailleurs jamais découvert les logiciels frauduleux de Volkswagen. Et c'est bien tout l'enjeu de cette affaire: la transparence, alors qu'une suspicion généralisée touche aujourd'hui l'ensemble du secteur automobile.

Des tests indépendants ont été mis en place, notamment en France.

Ces tests permettent de contrôler les émissions polluantes en situation réelle de conduite, à savoir sur route: elles sont alors beaucoup plus importantes que lors des tests dans les laboratoires d'usines, où les conditions sont optimale:; les ingénieurs jouent sur les lubrifiants, les pneus surgonflés et démontent tout ce qui freine un véhicule, galeries ou rétroviseurs. Et il a fallu les révélations américaines sur les résultats truqués chez Volkswagen, grâce à un logiciel qui permet de désactiver certains dispositifs antipollution, pour nous faire prendre conscience de l'ampleur du scandale chez le constructeur allemand: 11 millions de véhicules concernés dans le monde.

L'enjeu commercial est évidemment considérable.

D'où le soutien apporté aux constructeurs par les Etats, surtout lorsqu'ils sont actionnaires comme en France. Bercy s'est d'ailleurs engagé à attendre que la tourmente soit passée avant de réduire sa participation et de revendre les parts prévues. Le Parlement européen leur reproche de le faire au détriment de la santé publique; il dénonce leur projet d'augmenter les taux d'émissions polluantes autorisées pour les véhicules diesel. Et met en place une commission d'enquête sur Volkswagen. D'autant plus qu'il n'y a pas d'inquiétude à avoir: l'industrie automobile européenne se porte bien, elle a terminé l'année 2015 avec une croissance largement supérieure aux prévisions.