Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Donald Trump ne plaît pas aux Européens

Par et le vendredi 20 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Les Européens ont une mauvaise opinion de Donald Trump d'après un sondage Odoxa pour France Info et les Echos
Les Européens ont une mauvaise opinion de Donald Trump d'après un sondage Odoxa pour France Info et les Echos © Maxppp -

Lors de son investiture ce vendredi, Donald Trump a déclaré "à partir d’aujourd’hui, ce sera l’Amérique d’abord". Un message clair notamment en direction des Européens alors que plus de trois-quarts d'entre eux ont une mauvaise opinion du nouveau président des États-Unis.

D'après un sondage Odoxa pour France Info et le journal les Échos, publié le jour de l'investiture de Donald Trump, plus de trois-quarts des Européens et même huit Français sur dix ont une mauvaise opinion du nouveau président des États-Unis. Il est décrit comme agressif, raciste et dangereux par les Européens. Les Italiens sont moins critique dans leur majorité, 40% ont une bonne opinion du président des États-Unis car pour les auteurs de l'enquête, ils ont eu leur Trump à eux, milliardaire populiste en la personne de Berlusconi. Une bonne moitié des Européens reconnaissent tout de même une qualité à Donald Trump: son dynamisme. Mais rien à voir avec l'engouement qu'il y avait eu lors des débuts de l'ancien président Barack Obama. Pour 60% des Européens, Donald Trump n’incarne pas le rêve américain. Un sentiment de rejet qui se traduit aussi dans la rue, avec de nombreuses manifestations dans les grandes villes européennes.

Les propos de Trump à l'égard de l'Europe n'ont pas été tendres

En même temps, les propos de Trump à l'égard de l'Europe n'ont pas été tendres. L'erreur catastrophique de Merkel sur les migrants, le succès du Brexit, l'Otan obsolète et le rapprochement avec la Russie de Poutine. Donald Trump n'y est pas allé de main morte lors de ces entretiens à la presse européenne la semaine dernière. Des propos durs et qui inquiètent autant l'opinion publique que les dirigeants européens. Le Président des États-Unis qui ne s'est pas privé de souligner que "d’autres pays devraient quitter" l’Union Européenne.

Les Européens tentent de se rassurer

Mais du côté des institutions ça ne bouge pas pour autant, que ce soit au niveau de l'Union Européenne, ou du Conseil de l'Europe, ils restent prudents dans leur déclaration. Ils soulignent surtout que les traités doivent être respectés notamment celui sur le Climat et surveillent de près l’alliance entre les États-Unis et la Russie. D’autant que si dans ces discours, Donald Trump s'est souvent moqué de l'Europe, il a tout intérêt à profiter du marché européen. Les Européens tentent de se rassurer. Ils comptent sur la solidité des institutions américaines et sur les contres pouvoirs pour limiter d'éventuelles dérives du nouveau président des États-Unis.