Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Voter à 16 ans pour encourager la participation

Par le vendredi 30 octobre 2015
Podcasts : iTunes RSS
42% des électeurs ont voté pour ce nouveau Parlement
42% des électeurs ont voté pour ce nouveau Parlement - Parlement européen

Lors des élections européennes de 2014, seuls 4 Européens sur 10 ont fait l'effort de voter. Comment convaincre les électeurs de se déplacer? Les eurodéputés suggèrent de baisser la majorité électorale à 16 ans.

Jamais depuis 1979 le taux de participation n'a été aussi bas , 42%, en moyenne, dans les 28 et particulièrement en France. En juin 1979, pour le premier scrutin européen au suffrage universel direct, 62% des électeurs s'étaient déplacés.

Pour motiver les citoyens, les députés veulent mettre en place des seuils obligatoires, de 3 ou de 5%, dans tous les états. La France impose un quorum, un seuil de 5% pour siéger à Strasbourg. Il n'existe pas de seuil en Allemagne, où s'applique une proportionnelle totale. Ils suggèrent aussi de désigner des têtes de liste au niveau européen, plutôt que par circonscription, comme on l'a vu chez nous l'an dernier.

Rajeunir le corps électoral

Les eurodéputés veulent abaisser à 16 ans partout la majorité électorale, donc en France aussi. Dans plusieurs pays, déjà, les adolescents peuvent voter dès 16 ans. En Autriche, par exemple, depuis 2007, ainsi qu'en ’Écosse et sur l'Ile de Man. Idem dans cinq Länder allemands, dont le Bade-Wurtemberg. On vote à 16 ans aussi dans le canton de Glaris, en Suisse. Les Slovènes peuvent glisser un bulletin dans l'urne dès 16 ans s'ils occupent un emploi.

En Belgique, le Conseil de la jeunesse a réalisé un sondage sur la question, cet été. Plus de 80% des jeunes sondés se sont prononcés contre.

Le Conseil de l'Europe défend aussi le droit de vote à 16 ans

Pour les parlementaires des 47, les adolescents exercent déjà des responsabilités à cet âge et qu'il est important de leur donner tôt le goût de la démocratie. En 2011, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe encourageait aussi les états à développer l'instruction civique.

Au Parlement européen, c'est la Commission des affaires constitutionnelles qui a planché sur la question cet été. Ses propositions seront soumises au vote lors de sa prochaine session, à Strasbourg, fin novembre.