Replay du mardi 13 avril 2021

La sexualité n’est pas innée : elle s’apprend !

- Mis à jour le

L’apprentissage de la sexualité érotique passe par le “savoir”, le “savoir-être” et le “savoir-faire”. Le chemin pour parvenir au plaisir est évidemment différent pour chacune et chacun. Pour vous guider, Laura Goubet sexologue clinicienne en Moselle.

Aimer faire l'amour : ça s’apprend, ça se cultive, ça se peaufine !
Aimer faire l'amour : ça s’apprend, ça se cultive, ça se peaufine ! © Maxppp - Marin

Contrairement à nombre d’idées reçues, le plaisir sexuel n’est ni automatique ni inné. Tout n’est qu’apprentissage.

Le "savoir" autour du plaisir sexuel, ce qu'il est, ce qu'il représente

Dans le plaisir sexuel, il faut différencier l'orgasme et de l'orgaste ou même de la satisfaction sexuelle.

"Vous n’aviez jamais entendu parler de l’orgaste? C’est normal. Ce concept est surtout connu des sexologues qui se sont penchés sur l’approche sexocorporelle, qui est l’une des “branches” de la sexologie développée par Jean-Yves Desjardins. Elle se concentre davantage sur les sensations corporelles, les mécanismes du corps et l’aspect scientifique des réactions physiologiques".

C’est ainsi qu’est né le terme orgaste, par opposition à l’orgasme.

Le "savoir -faire" : le plaisir sexuel se situe aux antipodes de toute performance

Le plaisir sexuel nécessite certains apprentissages par exemple expérimenter les mouvements entre le bassin et les épaules, une respiration abdominale.

Le "savoir-être" : pour retrouver le plaisir sexuel il y a :

le fameux lâcher prise, l'intention, la complicité relationnelle ou personnelle (en auto-érotisme), la disponibilité (physique et psychique), l'estime de soi corporelle et sexuelle.

Le cheminement pour arriver au plaisir sexuel est le plus important.

Internet est aujourd'hui un puissant vecteur d'informations : Comptes réseaux sociaux comme instagram et il y en a d'autres :

Renseignements

Laura Goubet : sexologue - clinicienne / contact@sexologie-metz.fr

Facebook : Sexualités décomplexées

Mots clés: