Replay du samedi 13 février 2021

Coccinelles asiatiques : est-ce dangereux pour les plantes ?

- Mis à jour le

On en voit parfois beaucoup sur nos plantes mais peut-il y en avoir... trop ?

La bête à bon dieu
La bête à bon dieu © Getty

Avec Etienne Wirth, jardinier pour créa végétal à Woippy, parc de Berlange. Voir le site internet. 

C'est quoi une coccinelle asiatique ? 

Elle peut être rouge, orange, jaune et même souvent marron ou noire. 

Ce qui va la différencier de notre coccinelle, ce sont ses pattes oranges ou marrons et elle possède beaucoup plus de taches noires qui ressemblent à des pattes de chats sur son corps. 

En général, on la reconnait très facilement, elle est également plus grosse que la coccinelle classique de nos régions. 

Au premier coup d’œil, on la voit bien
Au premier coup d’œil, on la voit bien © Getty

Une bonne intention qui tourne mal

Dans les années 80, en Belgique, la décision est prise d'importer très massivement cette coccinelle asiatique car c'est une dévoreuse de pucerons (elle en mange beaucoup plus que la coccinelle de chez nous). 

Avec l'asiatique, on pensait pouvoir se passer d'insecticides et de pesticides. 

Sauf que cette grosse coccinelle a commencé à s'attaquer à notre coccinelle à nous et aujourd'hui, dans le Grand-Est, elle est en passe de la remplacer (les autres existent toujours mais ce font plus discrètes qu'avant). 

Elle mange parfois les fruits mais franchement, ce qu'elle préfère, ce sont les pucerons donc elle ne représente aucun danger pour vos plantes, c'est même une bonne nouvelle pour vous si vous en avez beaucoup dans votre jardin. 

Nos coccinelles de l'Est sont devenues plus résistantes et même si leur nombre a baissé, elles arrivent à leur tenir tête depuis peu. 

Faut-il s'en débarrasser ? 

Non ! 

Même si les coccinelles asiatiques se regroupent en grappes dans les maisons en hiver, elles ne sont pas dangereuses pour vous ou pour les plantes, elle sont juste embêtantes pour les coccinelles autochtones mais elles savent maintenant se défendre toutes seules. 

Mots clés: