Musique Émissions – Rendez-vous

Toute première fois

Toute première fois : Michel Le Ru, le dernier gardien d'Ar Men

Michel Le Ru, gardien de phare (Phare de la Jument)
Michel Le Ru, gardien de phare (Phare de la Jument) © Phares et Balises

En 1990, il quittait "l'enfer des enfers", le phare d'Ar-Men après 110 ans de présence humaine. Michel Le Ru commentera pour la première fois samedi une sortie nocturne en mer d'Iroise, au moment de l'allumage des phares. RDV ce jeudi à 8h40 et 15h50.

Fils de facteur et dernier garçon de la famille, Michel Le Ru a grandit sous les lumières des phares de la mer d'Iroise. Celui du Trézien à Plouarzel (29) où il est né, Le Four, Les pierres Noires, Kéreon...La mer d’Iroise est l’une des mers les plus illuminées du monde !

Et puis comme les aînés partent au loin sur les mers, il se doit lui de rester en Bretagne, passe en 1983 le concours de gardien auxiliaire de phare et commence par prendre la relève des gardiens, notamment au phare de l'île Vierge à Plouguerneau. Son chouchou ! A l'époque les feux fonctionnent au pétrole, les gardiens élevent des moutons, font visiter les lieux et partagent leur quotidien.

Et puis en 1986, il est affecté au mythique phare d'Ar-Men , "l'Enfer des enfers", en pleine chaussée de Sein, au large de l'île de Sein. 33m50 de haut, un monstre construit dès1867 et mis en service en 1881. Il y avait peu de candidats à l'époque et Michel n'avait même pas eu entre les mains "Armen", le livre de Jean-Pierre Abraham sorti en 1968.

Michel Le Ru réalisera sa chance plus tard, après avoir quitté Ar-Men. La vision merveilleuse de l'immensité de la mer quand il fait "un temps de curé". Apprendre le temps, à gérér le temps. Une vie de contemplatif . Se sentir utile. Avoir des doutes aussi sur la résistance du phare qui bouge lors des tempêtes de noroît, comme en hiver 1986. Passer Noël et Nouvel an dans la tour, parce que la relève est impossible... des souvenirs qu'on n'efface pas !

Phare d'Ar Men - Aucun(e)
Phare d'Ar Men
Michel Le Ru passe 4 ans à Ar-Men dont 3 avec Daniel Tréanton, du même âge que lui et devenu un ami. Et puis, le 10 avril 1990 , après 110 ans de présence humaine sur cette vigie de l'Iroise, ils sont hélitreuillés par une Alouette de la sécurité civile. C'en est fini des gardiens sur Ar-Men. Le feu entièrement télécommandé depuis la terre confirme l’ère de l’automatisme.Michel Le Ru fait partie aujourd'hui des 170 gardiens de phares en France à maintenir en état ces édifices. Affecté aux Phares et Balises de Brest, il entretien les phares (Ar-Men compris), restaure les tours et les parquets intérieurs abimés par les tempêtes. Mais s'occupe aussi des tourelles, balises et bouées. Mais pour Michel, un phare sans gardien n'est pas vraiment un phare !

Michel Le Ru se bat pour la reconnaissance du préjudice lié à l'amiante

 A l'heure de la navigation par satellite, il continue de militer pour la préservation et la valorisation de ce patrimoine, parce que cela reste un code de la route, une aide à la navigation côtière et aux marins pêcheurs. A 50 ans il lui reste aussi un autre combat à gagner aux côtés de ses collègues : celui de la reconnaissance du préjudice liée à l'exposition à l'amiante . Certains gardiens pour assurer la sécurité et la vie des marins, y ont laissé la leur

Les phares complètement à l’Ouest 1ere édition du 6 au 9 juin 2014 avec entre autres :- Vendredi 6 juin dès 21h30 au phare de Saint-Mathieu : projection sur le phare et balade commentée- Samedi 7 juin 2014 dès 21h30 : promenade nocturne en mer au départ du Conquet avec la Compagnie Finist’mer et Michel Le Ru - Expositions de photos de Jean Guichard au phare de Trézien sur les tempêtes de l’hiver 2014- Exposition sur "Les 150 ans du phare du Créac’h" à Ouessant et balade nocturne contée le samedi 7 juin dès 22h30 avec Ondine Morin- Accès gratuit au phare de Sein- Les phares du chenal du Four ouverts au public : Trézien, Saint-Mathieu et LochristProgramme complet sur parc-marin-iroise.fr

1ère édition "Les phares complètement à l'Ouest"

Mots-clés :