Culture – Loisirs

Fusillades de Châteaubriant le 22 octobre 1941 : découvrez et écoutez des témoignages exceptionnels

Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan lundi 23 octobre 2017 à 20:05

La carrière des fusillés, à la Sablière (Châteaubriant), où furent exécutés les 27 otages le 22 octobre 1941
La carrière des fusillés, à la Sablière (Châteaubriant), où furent exécutés les 27 otages le 22 octobre 1941 © Radio France - Antoine Denéchère

France Bleu Loire Océan a diffusé samedi 21 octobre une émission spéciale au Musée de la Résistance de Châteaubriant, situé à la Sablière, là où les soldats allemands fusillèrent les 27 otages, il y a 76 ans. Douze invité-es se sont succédé-es au micro de Jeanelle Bernart. Réécoutez-les ici.

Le 22 octobre 1941 au matin, les soldats allemands fusillent 27 otages, internés au camp de Choisel à Châteaubriant (44). Ils avaient été désignés la veille par l'occupant nazi en représailles à la mort du lieutenant-colonel Karl Hotz, tué deux jours plus tôt, par un commando de résistants à Nantes. L'occupant allemand souhaitait frapper les "communistes les plus durs". Parmi les 27 otages fusillés, figurait Guy Môquet, 17 ans seulement. Aujourd'hui, il ne reste que très peu de survivant-es, ex interné-es au camp de Choisel : Odette Nilès, présentée comme "la fiancée de Guy Môquet" (parce qu'elle lui avait promis un baiser qui n'aura jamais lieu), en fait partie, elle a aujourd'hui 93 ans et vit à Drancy (93). Sa petite-fille, Carine Picard-Nilès, secrétaire générale de l'Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt, vient chaque année à Châteaubriant pour les commémorations des fusillades.

Carine Picard-Nilès, interrogée par Jeanelle Bernart

Carine Picard-Nilès (à gauche), samedi 21 octobre 2017, au Musée de la Résistance de châteaubriant (44) - Radio France
Carine Picard-Nilès (à gauche), samedi 21 octobre 2017, au Musée de la Résistance de châteaubriant (44) © Radio France - Antoine Denéchère

Quand je m'endors le soir, je suis à Châteaubriant, et je revois les copains", Odette Nilès, ex internée avec Guy Môquet et les autres en 1941

"Je dirais que j'ai plus partagé ça [ces souvenirs de Châteaubriant] avec elle que mon père, parce qu'on avait cette complicité féminine. Elle m'a expliqué par les anecdotes ce qu'elle a découvert à 17 ans, le milieu carcéral, les gens qui se font battre parce qu'ils ont été arrêtés pour leurs idées", explique celle qui est aujourd'hui secrétaire générale de l'Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt. Carine Picard-Nilès vit à Drancy et rend visite ou téléphone, "tous les deux jours", à sa grand-mère Odette "qui ne peut plus se déplacer mais a toute sa tête" . Elle ajoute : "on a toujours été soudées, on est très fortes toutes les deux, j'ai l'habitude de dire que c'est la femme de ma vie : elle compte beaucoup pour moi. Et me raconte souvent " Quand je m'endors le soir, je suis à Châteaubriant, et je revois les copains." C'est pour transmettre le souvenir d'Odette Nilès et des fusillés que Carine Picard-Nilès milite aujourd'hui au sein de l'Amicale.

Chaque année, l'association des amis du musée de la Résistance de Châteaubriant, présidée par Gilles Bontemps, ancien vice-président PCF du Conseil Régional (jusqu'en 2015), propose une nouvelle exposition, qui est inaugurée la veille des commémorations officielles dans la carrière de la Sablière et qui reprend le thème du Concours National de la Résistance et de la Déportation, organisée par le ministère de l'Education Nationale. En 2017/2018, l'exposition a pour thème "S'engager pour la liberté de la France : 1940/1945". Jean-Paul Lemaguet, administrateur du Musée, ancien Conservateur, notamment du Mémorial de Caen, fait partie de l'équipe de bénévoles qui met en place chaque année ces expositions.

Jean-Paul Lemaguet

Jean-Paul Lemaguet répond à Jeanelle Bernart - Radio France
Jean-Paul Lemaguet répond à Jeanelle Bernart © Radio France - Antoine Denéchère

Parmi les témoins qui sont intervenus sur France Bleu Loire Océan, dans cette émission, figure Louis Tardivel, 91 ans, président de l'association des anciens combattants de la Résistance en Loire-Atlantique.

Louis Tardivel

Chaque année, près de 200 lycéens et apprentis des Pays-de-la-Loire visitent la Carrière des fusillés et le Musée de la Résistance, sous l'égide du Conseil Régional. De nombreux collégiens et élèves de primaire viennent également. Et une enseignante en histoire-géorgraphie du collège public Robert-Schuman de Châteaubriant, Laëtitia Schumacher, est particulièrement investie en la matière, elle participe aussi à la mise en place de l'exposition annuelle.

Laëtitia Schumacher

Un musée associatif, ouvert deux après-midi par semaine

Le Musée de la Résistance, géré par des bénévoles, est ouvert deux après-midi par semaine (mercredi et samedi) grâce au soutien de la Ville et la communauté de communes de Châteaubriant qui met un agent à disposition pour l'accueil . Au rez-de-chaussée sont exposés des effets personnels des internés du camp de Choisel et une exposition permanente. A l'étage est présentée l'exposition temporaire : cette année, l'un des panneaux évoque la mémoire d'Anton Raab (décédé en 2006), un Allemand ayant fui le nazisme, qui s'est réfugié en France en 1937 et a ensuite joué au football à Nantes (devenant directeur sportif du FC Nantes par la suite, après la Libération). Le nantais Jean-Claude Baron, fils de la résistante et déportée Marcelle Baron, a connu Anton (ou Antoine) Raab, il évoque sa mémoire.

Jean-Claude Baron évoque Anton Raab

L'affiche de l'exposition temporaire du Musée de la Résistance, jusqu'en octobre 2018 - Aucun(e)
L'affiche de l'exposition temporaire du Musée de la Résistance, jusqu'en octobre 2018

Le Musée de la Résistance de Châteaubriant est soutenu par plusieurs entreprises privées, dans le cadre du mécénat, par la Ville et la communauté de communes de Châteaubriant, par le Conseil Départemental de Loire-Atlantique, le Conseil Régional des Pays-de-la-Loire, et plusieurs autres collectivités locales, comme les villes de Nantes, Le Croisic...etc. L'exposition, inaugurée le 21 octobre, est visible jusqu'au 13 octobre 2018, puis peut-être prêtée gratuitement, par convention, aux établissements scolaires, collectivités, associations qui le souhaitent.

Discours d'inauguration de l'exposition au Musée de la Résistance de Châteaubriant, le 21 octobre 2017, par Gilles Bontemps - Radio France
Discours d'inauguration de l'exposition au Musée de la Résistance de Châteaubriant, le 21 octobre 2017, par Gilles Bontemps © Radio France - Antoine Denéchère