Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Météo
Dossier : Inondations de Nîmes le 3 octobre 1988

31 ans après les inondations du 3 octobre 1988 à Nîmes, les travaux de protection de la ville se poursuivent

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Les fortes pluies annoncées dans le sud de la France posent à nouveau la question de la protection des villes contre les inondations. À Nîmes, 31 ans après la catastrophe du 3 octobre 1988, le chantier n'est toujours pas terminé.

Inondation, chemin de Camplanier à Nîmes, le 10 octobre 2014
Inondation, chemin de Camplanier à Nîmes, le 10 octobre 2014 © Maxppp - Stéphane Barbier

Nîmes, France

400 litres d'eau par mètre carré. C'est la quantité d'eau tombée sur Nîmes pendant huit heures, le 3 octobre 1988. Depuis le 1er janvier 2018, l'agglomération et la Ville mènent des travaux pour réduire ce risque. L'objectif : permettre à l'eau de s'évacuer le plus rapidement possible pour éviter de grosses inondations. En 1988, c'était 500 mètres cubes par seconde. Il faut pour ça recalibrer les cadereaux, ces fossés d'écoulement qui ont été progressivement recouverts et sont aujourd'hui sous-dimensionnés. 

Le chantier du cadereau d'Alès s'est terminé à l'automne 2018, celui du cadereau d'Uzès (en partie responsable de l'inondation du quartier Richelieu en 1988) est en cours. Les travaux engagés vont permettre de multiplier par 10 sa capacité d'évacuation. Le chantier concerne actuellement la rue Bergson. Les travaux ne devraient pas être terminés avant 2025.

Le cadereau sous la rue Bergson à Nîmes - Aucun(e)
Le cadereau sous la rue Bergson à Nîmes - © ARTELIA

"On limitera une inondation comme celle de 88 mais on ne l'évitera pas."

C'est l'inondation de 2005 qui a été prise en référence pour les travaux de recalibrage des cadereaux.  "Un dimensionnement de la moitié d'un événement de type 1988, précise Jean-Luc Nuel, le directeur de la prévention des inondations à Nîmes Métropole. On limitera donc une inondation de type 88 mais on ne l'évitera pas. On ne peut pas se mettre à l'abri d'un tel événement." Les travaux menés sur le cadereau d'Alès pourtant ont servi. "Le 10 octobre 2014, l'eau est passée sous la ville et non dans la ville poursuit Jean-Luc Nuel. Ça reste une utopie d'être protégé à 100%, on est vraiment sur un objectif de limitation des événements. On espère y parvenir d'ici 15, 20 ans." 

Jean-Luc Nuel, directeur de la prevention des inondations à Nîmes Métropole

"Tout le monde peut être acteur de sa propre sécurité."

Parallèlement à la construction d'ouvrages de protection contre les inondations, Nîmes a développé depuis 1988, une politique de prévention pilote. Elle propose par exemple depuis 2016 aux particuliers et aux entreprises qui sont en zone inondable de faire réaliser un diagnostic gratuit pour savoir quels risques ils encourent et quelles mesures ils peuvent prendre pour se protéger. C'est le dispositif "Nim'Alabri". Quelque 3.000 diagnostics ont déjà été réalisés, sachant que 16.000 logements sont en zone inondable. Tous les Nîmois peuvent également s'inscrire gratuitement au système de téléalerte de la ville pour être informés en cas de risque majeur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu