Replay du dimanche 23 août 2020

En Haute Maurienne, sur l’alpage de La Norma avec Jean Marc Lazier qui y garde des brebis

Pisteur quand La Norma est blanche et berger l’été, jean marc Lazier est un passionné de montagne. Depuis 10 ans, chaque été, il conduit un troupeau d’un millier de brebis. Si au départ, il a fait ce métier pour se remettre d’un accident, c’est le métier le plus dur qu’il ait exercé

jean Marc et son troupeau
jean Marc et son troupeau © Radio France - C.Garnier

Tout l’été nous avons rendez-vous en altitude dans les pentes enherbées de nos pays de Savoie pour aller à la rencontre des alpagistes qui y mènent des troupeaux. Ces alpagistes peuvent être chevriers, vachers ou bergers, dès fois même les trois en même temps. Dans tous les cas ils sont là, en premier lieu, pour assurer le bien-être d’un troupeau, parfois aussi pour faire la traite, éventuellement la fabrication du fromage, et parfois aussi la vente directe de leur production.

L'alpage de La Norma
L'alpage de La Norma © Radio France - C.Garnier

Cette semaine nous allons rencontrer un véritable berger, à savoir celui qui garde les moutons. 

Un baton, un chien et un troupaeu, Jean Marc est berger
Un baton, un chien et un troupaeu, Jean Marc est berger © Radio France - C.Garnier

Ce Berger, c’est Jean Marc Lazier il travaille sur l’alpage de La Norma en Maurienne, un endroit qu’il connait particulièrement bien car c’est un grand pratiquant de la montagne en toutes saisons et que l’hiver il est aussi pisteur dans cette même station de La Norma.

Pause à la fontaine
Pause à la fontaine © Radio France - C.Garnier

Quand il a débuté ce métier pour se remettre d’un accident, Jean Marc ne pensait pas qu’il se lançait dans le métier le plus difficile, moralement comme physiquement, qu’il ait eu  l’occasion d’exercer. 

Faire des parc est devenu une obligation
Faire des parc est devenu une obligation © Radio France - C.Garnier

Après les larmes de sa première saison, il s’était promis de ne jamais y retourner, c’était il y a 10 ans. Aujourd’hui, ces 4 mois d’estive loin du monde et au rythme des moutons, il ne pourrait plus s’en passer. Et ce, malgré les difficultés, les journées à rallonge et le loup qui vient jouer les trublions dans cette histoire millénaire du pastoralisme. 

Jean marc a 1000 brebis en charge
Jean marc a 1000 brebis en charge © Radio France - C.Garnier
Mots clés: