Replay du dimanche 16 août 2020

Sur l’alpage de Morzine avec Jules, 21 ans éleveur de chèvres depuis 3 ans

Jules et Vanessa ont acheté leurs chèvres à l'age de 18 ans. Depuis Montriond, le troupeau monte passer l’été sur un alpage de Morzine. Jules et Vanessa montent chaque soir pour la traite, dorment sur place dans une ancienne gare de remontée mécanique et redescendent après la traite du matin

Jules, ses chiens et ses chèvres....
Jules, ses chiens et ses chèvres.... © Radio France - C.Garnier

L’objectif d’un été en alpage c’est de découvrir le métier de ceux qui montent faire pâturer des bêtes dans nos montagnes pendant toute la belle saison. 

Dans l'immensité de la montagne, il faut chercher les chèvres
Dans l'immensité de la montagne, il faut chercher les chèvres © Radio France - C.Garnier

Les intérêts sont multiples, d’abord l’herbe y est grasse et abondante, et ils assurent aussi l’entretien de la montagne. C’est parce qu’elle est pâturée depuis des millénaires que la montagne dispose d’espaces ouverts qui permettent d’y accéder, à pieds en été ou en ski l’hiver. Sans animaux pour manger la végétation, dans un premier temps la broussaille gagne rapidement du terrain et en quelques années, la forêt redevient omniprésente.

Les chèvres entretiennent les pistes de Morzine
Les chèvres entretiennent les pistes de Morzine © Radio France - C.Garnier

Mais alpagiste, c’est aussi un vrai choix de vie, une vie pas toujours facile, en altitude, à l’écart du monde, et souvent avec un confort réduit au strict minimum. Et vous allez le voir, c’est vraiment le cas cette semaine.

La cabane qui fait office de chalet d'alpage
La cabane qui fait office de chalet d'alpage © Radio France - C.Garnier

Nous allons dans le Haut Chablais, sur les alpages de Morzine, au-dessus de la vallée des ardoisières. Là pour la 3ème saison, Jules et Vanessa montent un troupeau de 70 chèvres.

Les agents de sécurioté des chèvres
Les agents de sécurioté des chèvres © Radio France - C.Garnier

Dans la journée, les chèvres restent en liberté avec deux chiens de protections, les fameux  patous, qui ne les quittent jamais. Et chaque fin d’après-midi, Jules et Vanessa montent pour faire la traite à la main, ils dorment sur place, près de leurs bêtes, dans une ancienne gare de remontées mécanique sans eau et sans électricité, et ils redescendent après la traite du lendemain matin pour aller fabriquer le fromage en bas dans leur ferme de Montriond.

Vanessa fabrique les fromages chaque matins
Vanessa fabrique les fromages chaque matins © Radio France - C.Garnier

Cette ferme, elle est toute neuve, nous allons donc commencer par la visiter. 

Le fromage est vendu en direct à la ferme
Le fromage est vendu en direct à la ferme © Radio France - Jules, nous racontera sa passion pour les bêtes, son goût pour les bons produits

Jules, nous racontera sa passion pour les bêtes, son goût pour les bons produits et l’agriculture traditionnelle. Et puis bien sûr nous évoquerons le sujet qui fait débat et qui fait causer tous les éleveurs, la progression de la présence du loup et la nécessité désormais de protéger le troupeau chaque nuit et de lui associer ces fameux gros chiens patous qui effraient parfois les randonneurs.

Le futur chalet d'alpage de Jules et Vanessa
Le futur chalet d'alpage de Jules et Vanessa © Radio France - C.Garnier
Mots clés: