Replay du mercredi 28 juin 2017

Deux palmiers des jardins du Luxembourg à Paris déménagent à Sète

- Mis à jour le

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également au biscuit rose qui fait son entrée dans le dictionnaire et à l'utilisation des sirops dans le monde

Au sommaire aujourd’hui :

- Opération palmiers. 2 palmiers du jardin du Luxembourg ont été dépotés pour être transporté à Sète

- Le biscuit rose. Cette spécialité rémoise a désormais sa définition dans le dictionnaire

- Les sirops à l’eau. Et ses usages selon les pays

.

.

*

*

Le 20 juin dernier, 2 palmiers ont quitté le jardin du Luxembourg à Paris pour arriver 2 jours plus tard à Sète. Ils trônent désormais sur la plage de la Corniche.

.

La raison de ce « déménagement » est la taille trop imposante. Avec leurs ports, les 2 palmiers atteignent une hauteur de 9m. Ils ne peuvent donc plus être mis à l’abri l’hiver dans les serres du jardin du Luxembourg. 9m étant la hauteur de l’orangerie.

.

.

L’orangerie

L’hiver, l’orangerie du jardin du Luxembourg peut abriter quelque 180 arbres en caisse. Des arbres qui l’été retrouvent leurs places dans le jardin autour du grand bassin. Au départ il y avait surtout des agrumes puis au XIXe siècle on y a ajouté des lauriers roses, et des palmiers.

.

Aujourd'hui, on peut tailler les agrumes, les grenadiers, les lauriers pour limiter leur hauteur, et continuer de les stocker dans l'Orangerie l'hiver, mais un palmier, ça ne se taille pas. Si on touche au bourgeon terminal, la plante meure. Les palmiers sont en fait condamnés à grandir en hauteur chaque année.

.

Aujourd'hui les deux palmiers du jardin du Luxembourg font neuf mètres, c'est la hauteur du plafond de l'Orangerie, ils ne pourront donc plus rentrer au chaud cet hiver.

.

Le transport

La ville de Sète s'est proposée pour les récupérer. L’opération pour les transporter de Paris à Sète a été particulièrement spectaculaire. Il faut dire que chacun des palmiers pèse 3 tonnes 5.

.

Les palmiers ont été dépotés grâce à une grue puis ils ont été fixés solidement sur un semi-remorque de 13 mètres. Ils ont voyagé couchés, calés par des bottes de foin.

.

A Sète, il ne sera pas utile de les rentrer l'hiver. Ils s'adaptent très bien aux embruns et aux coups de mer. Ces deux palmiers qui ont déjà une quarantaine d'années peuvent vivre jusqu'à 100 ans et monter jusqu'à 20 mètres de haut.

.

► Pour en parler : Laurent Laffont, responsable des espaces verts de Sète

► A lire également : Deux palmiers des jardins du Luxembourg à Paris déménagent à Sète

*

*

*

Créé en 1691, le Biscuit Rose est un des fleurons de la Ville de Reims.

.

Toujours associé au champagne autrefois, il est un symbole de la fête. Aujourd’hui, il est aussi utilisé dans de nombreuses recettes. Outre sa couleur rose, il est caractérisé par une texture craquante et fondante.

.

La spécialité rémoise est désormais dans l’édition 2018 du Petit Larousse qui vient de paraître. Voici sa définition : Petit gâteau sec, rectangulaire, teinté de carmin, parfumé à la vanille et saupoudré de sucre glace.

.

Le biscuit rose de Reims fait son entrée dans le dictionnaire en même temps qu'une autre spécialité culinaire, le Bredele alsacien, mais aussi aux côtés de personnalités comme Emmanuel Macron, Véronique Sanson, Nikola Karabatic ou de mots tels que ubérisation ou déradicalisation.

.

60 millions de ces biscuits sont fabriqués chaque année par la maison Fossier.

.

► Pour en parler : Charles-Antoine de Fougeroux, PDG de la biscuiterie Fossier.

► Aller + loin : le site internet de la biscuiterie Fossier

*

*

*

En France on utilise les sirops principalement avec de l’eau plate ou pétillante. Mais ailleurs dans le monde, ils sont mélangés à des boissons chaudes ou à des cocktails.

.

Pour répondre à ces nouvelles tendances, les producteurs renouvellent leur gamme de saveurs.

.

Pour aromatiser des boissons chaudes, telles que le chocolat ou le café, ils conseillent des parfums comme la noisette, la vanille, le caramel ou la châtaigne. Dans les tisanes et les thés, du sirop de verveine, ou de fruits rouges. Pour mélanger avec de la bière ou des vins blancs et rosés, il faut plutôt utiliser du sirop de pêche ou de fleur de sureau…

.

Véritable aide culinaire, le sirop permet également de napper les glaces, de sucrer des smoothies, de faire des granités ou des glaces à l'eau, de donner une touche originale à une chantilly ou des meringues maison et même à une vinaigrette…

.

Bref, le sirop ne sert plus uniquement à aromatiser un verre d’eau, il offre de nombreuses possibilités d'être créatif.

.

► Pour en parler : Elisabeth Poisson, directrice commerciale et marketing des sirops Bigallet

► Aller + loin : le site internet des sirops Bigallet

*

*

*

Cabanon. Des tentes mais aussi des hébergements insolites

► En savoir + : le site de la chronique

Mots clés: