Émissions Toutes les émissions

Une heure en France, l'été

Du lundi au vendredi et le dimanche de 13h15 à 14h

42min

Une heure en France, Solex produit à nouveau ses vélos en France !

Par et le lundi 23 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
le renouveau
le renouveau - Solex

Frédérique et Denis s'intéressent au renouveau du Solex, aux capsules temporelles et aux chaussettes de ski made in France !

Solex produit à nouveau ses vélos en France

Alors que la marque emblématique Solex a fêté ses 70 ans en 2016, le groupe Easybike marque la réimplantation de la production sur le sol français, en Normandie, à Saint-Lô. L’usine de 4 000 m2 bénéficie d’équipements derniers cri et devient ainsi le plus grand site européen dédié à 100 % aux vélos électriques. C'est la troisième fois depuis 1995 qu'une société tente de relancer la marque Solex. La précédente tentative date de 2009 et la production était en Chine. Le groupe Cible, à l'origine de cette relance, avait vendu 3.000 Solex.

Les Solex version Easybike seront vendus entre 1.800 et 3.000 euros selon la gamme. Un prix plus élevé que celui de la version chinoise. Easybike a pour objectif de vendre les Solex dans 50 à 60 points de vente d'ici à fin juin en France. De 7 à 8 millions de Solex avaient été vendus depuis sa première commercialisation en 1946 jusqu'à l'arrêt de la production par Motobécane en 1988. Le vélo fonctionnait alors avec un mélange d'huile et d'essence.

Toutes les infos sur le site officiel

Envoyer un message dans le futur grâce au musée de Saint Romain en Gall

À l’occasion des cinquante ans de la découverte du site archéologique de Saint-Romain-en-Gal (Rhône), le musée gallo-romain. Le musée eu l’idée de permettre au public d’envoyer des messages dans le futur.

Dès le 21 janvier, dans le cadre d’un travail engagé il y a six mois par le musée gallo-romain sur le thème « Mémoires passées, mémoires futures : 1967, 2017, 2067 », les visiteurs, les scolaires mais également des écrivains, des philosophes, des archéologues, des plasticiens ou encore des architectes seront invités à répondre à ses deux questions : « Faut-il protéger, préserver, transmettre les sites archéologiques aux générations futures ? Pourquoi et comment ? » et « Quel objet patrimonial souhaiteriez-vous que l’on conserve dans la capsule temporelle enfouie sur le site archéologique ? et pour quelles raisons ? ».

Leurs pensées et réflexions, collectées pourront être déposées dans une amphore coupée en deux et mise à leur disposition au musée et au pavillon du tourisme de Vienne. Ces messages seront mis sous scellés et placés dans des boites baptisées boites à l’être. Ces dernières seront mises dans une capsule temporelle, une cuve en béton de 5 m3 qui sera enterrée le 24 juin.

Pour chaque message déposé, chacun se verra donc remettre un numéro qu’il pourra transmettre à une personne aimée qui devrait être en vie dans cinquante ans. Cet être aimé sera là pour ouvrir la capsule et découvrir le message laissé.

plus d'informations sur le site du musée.

Des chaussettes pour protéger les tibias des skieurs

Il s’agit d’une chaussette « GelProtech » dotée d’une poche en polaire stretch, cousue sur la face interne de la chaussette à hauteur du tibia. A l’intérieur de cette poche est insérée une plaque de gel en silicone enrichi, 3 à 6 fois plus résistant et plus souple qu’un silicone classique. Il est ainsi possible d’enlever cette plaque de gel lors du lavage des chaussettes, puis de la réintroduire dans la poche pour la prochaine utilisation.

Les vertus de ce gel soit la résistance, la souplesse, l’élasticité sont le résultat d’une collaboration avec le CNRS.

Ce procédé présente l’avantage déterminant d’éviter de laver en machine la plaque de gel en silicone et ainsi de préserver ses qualités. Sa taille de 19 x 7 cm permet de couvrir la totalité de la zone sensible du tibia et enfin le silicone enrichi offre la meilleure des protections possibles contre la pression exercée par les chaussures de ski sur les tibias.

Cette paire de chaussettes, existe en 6 tailles du 35-36 au 45-46, le groupe Monnet en a produit 5.000 exemplaires cet hiver. Tout est fabriqué sur ses chaînes de production de l'usine montcellienne. Vendues 49,90€ la paire, elles font un carton puisque depuis quelques jours la société n'a même plus de réassort. Devant le succès remporté l'hiver prochain, Monnet prévoit d'en mettre plus du double sur le marché. On devrait donc passer de 5.000 à 12.500 paires. L'entreprise, produit entre 250 et 280 mille chaussettes dont les fameuses GelProtech.

Le site de l'entreprise Monnet