Émissions Toutes les émissions

Une heure en France, l'été

Du lundi au vendredi et le dimanche de 13h15 à 14h

41min

Une école d'écriture vient d’ouvrir à Paris

Par et le mardi 31 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
-

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud vous proposent une rencontre avec Daniel Paluvoric, livreur de repas à domicile et une petite sieste à la fac de médecine de Saint Etienne

   - Aucun(e)

Hier, l'école d'écriture « Les Mots » a ouvert ses portes. Située dans le 5e arrondissement de Paris, elle a pour objectif de faire progresser ses élèves dans la pratique de l’écriture.

De nombreux aspects de l’écriture sont techniques : la construction de la phrase, la manière de raconter une histoire, l’invention des personnages, la composition des dialogues, tout cela se transmet.

Apprendre à écrire est très utile

L’écriture est partout. Chacun doit écrire, à tous les âges de la vie : des mails, des rapports, des compte-rendus, des lettres d’amour, un journal intime, des posts sur Facebook, des discours de mariage ou d’enterrement, des présentations, des dissertations, des mémoires, etc.

   - Aucun(e)

Tout le monde peut s’inscrire, quelque soit votre niveau d’études ou votre activité.

Les ateliers

Pour qu’une progression soit possible, l’école préconise des séries de 12 ou 14 ateliers répartis sur une saison de 3 mois. Il y a aussi des sessions intensives sur 2 à 6 jours.

Les ateliers sont animés par des écrivains qui ont publié au moins deux livres. Une trentaine d’auteurs professionnels ont rejoint le projet : Gwenaëlle Aubry, Clémentine Beauvais, Jean Birnbaum, Diane Brasseur, Vanessa Caffin, Chloé Delaume, Cécile Ducrocq, Sonia Feertchak, Jérôme Ferrari, Emma Foster, Philippe Garnier, Denis Gombert, Eugène Green, Yannick Haenel, Michaël Hirsch, Loo Hui Phang, Stefan Libiot, Fanny Michaëlis, Karim Miské, Anna Moï, Tobie Nathan, Camille de Peretti, Ollivier Pourriol, Oliver Rohe, Isabelle Sorente, Minh Tran Huy, Marin de Viry et Alice Zeniter.

Les ateliers d’écriture couvrent tous les genres littéraires, de la narration au haïku, du roman graphique à la poésie en passant par le blog. Ils sont proposés au prix de 15 euros de l’heure. Un tarif réduit est possible pour les étudiants et les chômeurs, sur justificatif.

► Pour en parler : Elise Nebout, co-fondatrice de l’école « Les mots ».

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de l’école

   - Aucun(e)

Daniel Paluvoric est l’un des deux livreurs qui travaillent pour la société ESP15. Une entreprise de service à la personne située dans le Cantal.

Avec son collègue, ils doivent apporter entre 160 et 180 repas par jour. Des clients qui habitent Aurillac ou ses environs.

Pour qu’ils puissent passer partout, toute l’année, la communauté de communes les a équipés d’un véhicule 4x4. Car certaines personnes habitent des endroits très isolés. Et en cette période hivernale, les routes peuvent être encombrées par la neige.

   - Aucun(e)
-

Il est essentiel que les porteurs de repas arrivent à destination car, en plus d’apporter les repas, ils jouent un rôle déterminant, un rôle de quasi-sentinelle chez leurs habitués. Ils sont, souvent, les premiers à déceler s’ils ne mangent plus, s’ils sont abattus, déprimés, s’ils sont tombés…

Daniel Paluvoric rend également d’autres services. Il peut faire quelques courses ou rapporter des médicaments des personnes qui ne peuvent plus se déplacer.

En plus, Daniel et son collègue sont bien souvent les seules visites. Et sont donc parfois très attendus.

► Pour en parler : Daniel Paluvoric

   - Aucun(e)

La Bibliothèque Universitaire de Médecine de Saint-Étienne vient d’inaugurer une salle de sieste. Une initiative pour répondre à la fatigue et au stress des étudiants.

Dans cet espace de 40m², 6 couchages sont installés avec matelas et coussins moelleux, tapis au sol, tentes et ciels de lits, où les étudiants en médecine pourront dormir au calme pour faire une coupure pendant leurs révisions ou récupérer un peu entre deux tours de garde à l'hôpital.

   - Aucun(e)
-

Pour Anna Matras-Bar, la responsable de la Bibliothèque universitaire, la sieste n’est pas un temps perdu car le sommeil permet d'améliorer ses capacités de mémorisation, son efficacité au travail et sa créativité. Quand on est fatigué on est moins efficace, moins productifs et plus irritables... D'où l'importance d'un temps de repos.

► Pour en parler : Anna Matras-Ban, la responsable de la Bibliothèque universitaire

► A lire également : Une première à Saint-Étienne : les étudiants sont invités à faire la sieste à la fac

   - Aucun(e)

Direction une maison de retraites où les pensionnaires ont la possibilité de voyager tous les jours.

► En savoir + : le site de la chronique