Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Bistrot de Pays. Un label pour soutenir les bistrotiers indépendants

Diffusion du mercredi 29 novembre 2017 Durée : 42min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à notre rapport avec les animaux domestiques et à un bouton pour rassurer ou alerter.

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Les bistrots de Pays. Patrimoine vivant de nos terroirs.

- L’animal de compagnie. Quelle place lui accorder ?

- MonSherif. Le clic qui sauve

.

.

*

*

  - Aucun(e)
-

En France, les bistrots ruraux constituent des lieux uniques de rencontre, de lien social, de découverte et d’animation locale.

.

Souvent, ces bistrots sont les seuls points de services de proximité encore présents au sein des villages. Or, il n’en reste que 8.900 dans les communes rurales de moins de 2.000 habitants.

.

  - Aucun(e)
-

Malheureusement, depuis de trop nombreuses années, les bistrots ferment leurs portes. La France perd 1.000 bistrots par an. Pourtant, ces cafés restaurants multiservices font partie intégrante du patrimoine vivant de nos terroirs.

.

Un label

Le label Bistrot de Pays a été créé en 1993 pour soutenir les bistrotiers indépendants. Ces bistrots s’engagent collectivement à respecter la charte qualité du label.

.

C’est ainsi qu’un Bistrot de Pays doit être situé dans une commune rurale de moins de 2.000 habitants, constituer le dernier, ou l’un des derniers, commerce(s) du village et proposer les services de base non assurés par ailleurs dans le village tels que dépôt de pain, de tabacs, de journaux, petite épicerie…

.

Ouvert à l’année, il s’engage à mettre en valeur les produits du terroir et à proposer au minimum une restauration de type casse-croûte à toute heure, basée sur les produits régionaux.

.

Le Bistrot de Pays doit également disposer des principaux documents d’informations touristiques locales et organiser au minimum 3 fois par an des animations festives et culturelles.

.

► Pour en parler : Sébastien Geoffroy, propriétaire du bistrot « Le cercle du progrès »

► En savoir + : le site internet du label Bistrot de Paris

► Aller + loin : la page Facebook du bistrot « Le cercle du progrès »

*

*

*

  - Aucun(e)
-

L’animal de compagnie a une place de plus en plus importante dans notre société. En France, presque un foyer sur deux en possède au moins un.

.

Un grand nombre de ces propriétaires considèrent leur animal comme un membre de la famille à part entière. Le site internet des animaux de compagnie Wamiz explique pourquoi certains se comportent même avec leur animal de la même façon qu’ils le feraient avec un enfant : ils les embrassent, leur donnent des surnoms affectueux « mon bébé, mon amour, ma fifille...», ils les portent, certains les habillent, fêtent leur anniversaire, leur offrent des cadeaux etc.

.

  - Aucun(e)
-

.

L’ocytocine

Les interactions homme-chien calmes et positives conduisent à une augmentation de l’ocytocine, aussi appelée « hormone de l’attachement », chez le propriétaire et chez son chien. Ce phénomène est similaire à ce qui a été observé dans les interactions parents-bébé.

.

De même, certaines régions du cerveau impliquées dans les émotions s’activent de façon similaire à la vue d’une photo de son animal ou de son enfant.

.

Les races de chiens et de chats qui présentent une apparence juvénile marquée comme par exemple le Chihuahua attirent l’attention de manière très rapide et inconsciente et induisent des réponses affectives.

.

Par ailleurs, nombreux sont les propriétaires qui s’adressent à leur animal en utilisant une voix aigüe et modulée, qui ressemble fortement à la manière dont les parents parlent à leur bébé. Une manière de consolider la relation affective.

.

Le respect

L’humain est une espèce sociale. Il est donc naturel de ressentir une grande affection pour son animal. Cette dernière est bénéfique pour nos animaux, à partir du moment où cela conduit à de la bienveillance, de l’empathie et du soin.

.

En revanche, cela devient pathologique lorsqu’il y a une confusion entre un enfant et un animal, que les besoins éthologiques de l’animal ne sont pas respectés, que son bien-être est impacté ou que son intégrité physique est altérée par nos comportements.

.

► Pour en parler : Sarah Jeannin, psychologue clinicienne et Docteur en éthologie

*

*

*

  - Aucun(e)
-

Le bouton Monsherif est un bouton connecté à porter sur soi qui, relié à une application mobile, fait office de télécommande de votre smartphone, pour répondre de manière efficace aux agressions diverses.

.

Il permet, sans avoir à sortir son smartphone, de réagir de plusieurs façons en cas de danger : envoi d'alertes géolocalisées auprès de contacts pré-enregistrés, lancement d'une alarme sonore pour attirer l'attention et activation de la fonction micro de son smartphone pour identifier des agresseurs.

.

  - Aucun(e)
-

Le tout selon 3 choix de pressions du bouton connecté : 1 clic, 2 clics, 1 appui long.

.

Le bouton est tout petit. Il tient entre deux doigts. Il est très léger et doté d’un clip pour l’accrocher à tous les vêtements. Il est pourvu d’une housse en silicone pour éviter les irritations et le rendre agréable au toucher. Sa batterie dispose d’une autonomie de deux ans.

.

7 actions

Que ce soit pour rassurer vos proches, avertir en cas d’accident ou alerter en cas d’agressions, le bouton Monshérif est équipé de plusieurs fonctionnalités que vous pouvez configurer lors de l’installation de l’application.

.

En effet, via le bouton vous pouvez par un simple clic, bloquer votre téléphone, envoyez un sms de position, déclencher une sirène d’alarme, activer un appareil photo, un dictaphone, ou une caméra ou encore lancer un appel d’urgence.

.

Ce dernier est un appel téléphonique préenregistré d’alerte envoyé simultanément à 5 personnes, couplé, si on le souhaite, d’un SMS et d’un email, qui donne votre géolocalisation et la liste des personnes prévenues avec leur numéro de portable afin de favoriser la coordination d’actions.

.

Le bouton est vendu 49,95 euros.

.

► Pour en parler : Dominique Brogi, inventeur du bouton

► En savoir + : le site internet du bonton MonSherif