Replay du mercredi 25 novembre 2020

Épopia réalise le rêve des enfants en prenant la plume du Père Noël

Au programme également : le livret ouvrier du XIXème siècle et de la poésie pour les personnes isolées à Cherbourg

Grâce à Épopia, les enfants peuvent recevoir une réponse personnalisée du Père Noël
Grâce à Épopia, les enfants peuvent recevoir une réponse personnalisée du Père Noël © Getty

Épopia fait correspondre les enfants avec le Père Noël

Épopia est une start up alsacienne basée à Strasbourg. Depuis presque sept ans, elle propose aux enfants de vivre une aventure interactive par courrier postal avec les personnages d'une histoire dont ils sont le héros. À eux de choisir leur univers. 

En cette fin d'année, les membres d'Épopia ont eu l'idée de concevoir une histoire de Noël en deux courriers. Les enfants pourront échanger directement avec le Père Noël et pour la première fois, ils recevront une réponse personnalisée ! De quoi entretenir la magie de Noël mais aussi de faire découvrir les joies de la lecture et de l'écriture aux enfants...  

Pour en parler : Rémy Perla, le fondateur d'Épopia.

Le livret ouvrier du XIXème siècle

Le livret ouvrier est tombé dans l'oubli. Pourtant, pendant tout le XIXème siècle, chaque ouvrier qui souhaitait pouvoir exercer sa profession en toute légalité devait en posséder un. 

Créé sous le règne de Louis XVI, ce document est entré en vigueur le 12 avril 1803. À partir de cette date, un ouvrier qui était contrôlé sans son livret pouvait être considéré comme vagabond et être emprisonné. L'ouvrier devait le présenter à chacun de ses patrons comme un passeport. 

Délivré par la police ou par la municipalité, il permettait de contrôler leurs allées et venues sur le territoire. Il a fallu attendre 1890 pour qu'il soit supprimé.

Pour en parler : Bruno Perrin-Turenne, créateur du site Historyweb et passionné d'histoire.

De la poésie pour les personnes isolées à Cherbourg

Hélène Dargagnon, professeur de français dans un collège de Cherbourg a eu une idée pendant le premier confinement : faire réciter à ses élèves des poèmes pour les personnes isolées. Une manière de maintenir le lien entre ses élèves et d'apporter un peu de chaleur aux résidents des Ehpad et des maisons de retraite. 

Des groupes de quatre à cinq élèves se sont réunis à distance pour enregistrer un texte de leur choix. Au total, une vingtaine de poèmes ont été envoyés. Un élan de solidarité communicatif puisque des enfants de maternelle et de primaire aimeraient aussi participer.

Pour en parler : Hélène Dargagnon, professeur de français au collège des Provinces de Cherbourg.

Mots clés: