Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Quand les fleurs s’invitent dans nos plats

Diffusion du mardi 13 mars 2018 Durée : 20min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à La Roche aux fées, le dolmen le plus grand de France et à une invention pour prévenir et protéger le littoral du risque de submersion

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Les fleurs comestibles. Ajouter de la couleur, de la saveur et un peu de fantaisie a ses plats.

- La Roche aux fées. Un dolmen aux multiples légendes et superstitions

- Le Wave Bumper. Un système anti-submersion marine

*

  - Aucun(e)
-

Lancée en 1996 à l’initiative de la communauté d’agglomération, la marque collective Les Jardins du Pays d’Aubagne a pour vocation de valoriser la production locale répondant à des critères de qualité, proximité et fraîcheur définis dans un cahier des charges et contrôlés par un organisme extérieur.

La marque a fait l’objet d’une révision en profondeur afin de s’adapter aux nouvelles exigences notamment environnementales. 

Une vingtaine de producteurs sont à ce jour engagés dans la démarche. Parmi eux, Virginie Makeeff qui a mis au goût du jour un large éventail de fleurs dites « champêtres » anciennes et originales !

  - Aucun(e)
-

S’ajoute à leur singularité la culture de fleurs belles à croquer sous l’appellation Les fleurs comestibles de Virginie qui bénéficient de la marque Jardins du Pays d’Aubagne.

Certaines sont épicées, et certaines herbacées, tandis que d’autres sont florales et parfumées. La gamme est surprenante et la liste est longue

Mais attention, aussi mangez certaines fleurs peut être mortel. Donc n’utilisez que celles dont vous êtes sûrs qu’elles soient comestibles.

► Pour en parler : Virginie Raes Makeeff, horticultrice bio à Aubagne

► En savoir + : le site internet des jardins d’Aubagne

*

  - Aucun(e)
-

La Roche aux Fées est le nom d’un dolmen situé dans la commune d’Essé en Ille et Vilaine. Il est le plus grand de France et le mieux préservé d’Europe. Des qualités qui en font l’un des lieux les plus visités de la Haute Bretagne avec plus de 50.000 visiteurs par an

Les dalles de schiste pourpre qui le composent dessinent une allée couverte aux dimensions exceptionnelles : 19,5 m de long, 6 m de large et 4 m de haut. Chaque pierre pèse plusieurs tonnes. La plus lourde pèse 45 tonnes et l’ensemble avoisine les 500 tonnes. 

Le site était jadis surmonté d’un tas de pierres sèches, le cairn, qui a disparu à cause de l'érosion ou de l'intervention de l'homme.

Le dolmen révèle toute sa magie au solstice d’hiver, le 21 décembre, lorsque le premier rayon de soleil se lève dans l’axe de l’entrée et frappe la dernière pierre au fond du mégalithe

La Roche-aux-Fées est visible toute l'année. L'entrée est libre.

Et bien sûr la légende…

Comment les habitants ont-ils pu transporter certaines pierres de plus de 40 tonnes ? Un mystère qui a inspiré la légende.

Il se dit que c'est Viviane, aidée de ses fées constructrices, qui aurait bâti en une nuit ce monument imposant pour prouver leur existence.

Un monument qui inspire également certaines superstitions. L'une d'elles concerne les amoureux. Pour savoir si leur union va durer, les couples doivent faire le tour de la Roche-aux-fées, chacun dans un sens différent et compter les pierres. S'ils trouvent le même nombre de pierres, leur avenir sera radieux !

L'application Mission Archéo est disponible gratuitement sur téléphone et tablette (il faut chercher "Roche aux Fées"). Vous pouvez également emprunter des tablettes lors de votre visite sur le site auprès de la Maison Touristique. Le prêt est gratuit.

► Pour en parler : Laurent Guiriec, responsable du service tourisme de la communauté de commune 

► En savoir + : le site internet de la Communauté de communes au Pays de la Roche aux Fées

*

  - Aucun(e)
-

Il s’agit d’un système de prévention des risques océaniques et de protection du littoral.

Cette digue amovible est composée de déflecteurs incurvés qui résistent aux impacts destructeurs des vagues de tempête et protège la zone cible. La digue renvoie l’énergie des vagues et génère un mouvement de retour vers l’océan. 

Cette protection du littoral est légère, vite mise en place et réutilisable. 

Elle respecte également l’écologie du site d’implantation et réduit les risques de retrait du sable, qui reste la première protection naturelle contre les risques de submersion marine.

Une application informe même en temps réel les zones exposées au risque submersion. 

► Pour en parler : Romain Chapron à l’initiative de cette innovation 

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de Wave Bumper