Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Le livre d’heures de François 1er. Un chef-d'œuvre de la Renaissance française

Diffusion du jeudi 23 novembre 2017 Durée : 41min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à une variété de maïs qui fait son grand retour et au premier centre de lancer de haches français

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Le livre d’heures de François 1er. Le Louvre fait à la générosité des français

- Le grand roux basque. Le retour d'une variété de maïs qui avait quasiment disparue

- Lancer des haches. Une activité insolite

.

.

*

*

  - Aucun(e)
-

.

Le Louvre fait à nouveau appel à la générosité des Français, à hauteur d'un million d'euros, pour acquérir le Livre d'heures de François Ier.

.

Il s’agit d’un manuscrit de très petit format : 8,5 centimètres de hauteur sur 6,5 centimètres de largeur. Pourtant son propriétaire anglais en veut dix millions d'euros.

.

Recueil de prières, ce splendide bijou au croisement de la joaillerie, de l'orfèvrerie et de l'enluminure est un témoignage inédit de cette période foisonnante. Entièrement manuscrit et illustré de 16 peintures en pleine page, il est couvert d'une somptueuse reliure d'or émaillé enrichie de pierres précieuses et de plaques cornalines qui en font un véritable joyau.

  - Aucun(e)
-

.

Son seul marque-page est une colonne sertie de rubis et de turquoises qui enchâsse un Christ.

.

Ce livre d’heures a été commandé par le roi François Ier en 1532 pour sa nièce Jeanne d’Albret, future mère d’Henri IV.

.

Ce manuscrit a connu une histoire extraordinaire en passant par les mains de François Ier, d'Henri IV, du Cardinal Mazarin, avant de prendre le chemin de l'Angleterre au début du 18ème siècle.

.

Classé « Œuvre d'Intérêt Patrimonial Majeur », il est une œuvre sans équivalent dans les collections publiques françaises et étrangères, un vestige exceptionnel des trésors des Valois totalement dispersés au cours des siècles

.

Alors quand Le Louvre a fait savoir qu'il ne pouvait laisser passer ce trésor, LVMH a aussitôt décidé d'apporter la moitié de la somme. Le musée investit 4 millions mais il faut trouver le reste…

.

Un appel au don est donc lancé auprès du grand public. Pour l’instant 64% de la somme a été réunie. La date limite de participation est fixée au 15 février 2018.

.

Un livre d’heures

Un livre d'heures est le livre de dévotion le plus courant destiné aux catholiques laïcs et datant de la fin du Moyen Âge. On y trouve le texte des prières, le plus souvent des psaumes, qui sont dites à différents moments de la journée (les « heures ») en particulier à l'occasion de certaines fêtes liturgiques (comme celles de la Vierge par exemple).

.

Un livre d'heures comprend en général un calendrier, les heures de la Vierge, les psaumes de la Pénitence et l'Office des morts. Il n'y a pas de livre d'heures type et sa composition peut varier, suivant les souhaits de son acquéreur.

.

► Pour en parler : Philippe Malgouyres, conservateur en chef du patrimoine au musée du Louvre

► Aller + loin : faire un don

*

*

*

  - Aucun(e)
-

Après son père, son grand-père et son arrière-grand-père, Jon Harlouchet a repris la ferme familiale Idiartia où il élève des vaches et cultive du mais bio. Mais pas n’importe lequel.

.

Le grand roux basque est une variété rapportée du Mexique par Christophe Colomb et cultivée dès le XVIe siècle au Pays Basque.

.

Dans les années 50, elle est abandonnée au profit de variétés hybrides plus productives.

  - Aucun(e)
-

.

Sa culture a repris il y a un peu plus de 15 ans grâce à Jon Harlouchet et d’autres petits producteurs qui l’ont suivi dans sa démarche.

.

Ses premières graines, il les a retrouvées dans un monastère de la province de Gipuzkoa, le Pays basque espagnol.

.

Il décide d’en semer dans son champ mais sans trop y croire. La première année n’est pas fructueuse mais Jon persévère et arrive a collecté 14 origines différentes de grand roux basque.

.

10 ans plus tard, c’est un succès. Il réalise de meilleurs rendements que lorsqu’il achetait ses semences.

.

Sur ses 35 hectares de terrain, seul 3 à 4 hectares sont consacrés au maïs. Jon préfère produire peu mais bien.

.

Chaque année, Jon sélectionne les plus beaux épis pour les ressemer.

.

► Pour en parler : Jon Harlouchet

► Aller + loin : le site internet de la ferme Idiartia

*

*

*

  - Aucun(e)
-

Ouvert en septembre dans le 18e arrondissement de Paris, le centre de lancer de haches Les Cognées connaît un vif succès.

.

Le concept est encore nouveau en France, mais il existe depuis de nombreuses années au Canada. Aux Etats-Unis, la tendance est en vogue depuis dix-huit mois et plusieurs salles ont déjà ouvert leurs portes à Chicago, Washington, Nashville ou Denver.

.

  - Aucun(e)
-

Plusieurs modes de jeu sont disponibles. Il faut compter une heure pour une session, en présence d'instructeurs, et trois joueurs au maximum par piste. Le tout pour 57 euros.

.

Fabriqués en bois de caryer, arbre d’Amérique du Nord, les outils pèsent environ 700 grammes. Spécialement conçus pour le lancer, ils manquent de puissance pour abattre un arbre, mais restent tranchants.

.

Il faut s'employer quelque peu pour arracher les haches, quand elles sont fichées dans le bois.

.

Le jeu nécessite donc de respecter quelques règles de sécurité : pas de chaussures ouvertes, pas de course dans les allées... Ainsi, Les Cognées ne vendent pas d'alcool. Au Valhalla de Bretteville-sur-Odon dans le Calvados, une autre salle lancée en octobre, la bière est autorisée, mais il faut souffler dans un éthylomètre avant de s'élancer.

.

Pour le moment, la salle parisienne accueille une clientèle plutôt masculine. Seuls 30% des joueurs sont des femmes.

.

► Pour en parler : Thomas Morel, créateur de ce premier centre de lancer de haches en France.

► En savoir + : le site internet et la page Facebook du centre Les cognées