Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

Le docteur Jean-Marc Clément cherche désespérément un successeur pour ses quelques 3000 patients du secteur de Colombier Fontaine .
Le docteur Jean-Marc Clément cherche désespérément un successeur pour ses quelques 3000 patients du secteur de Colombier Fontaine . © Radio France - Christophe Beck

A la recherche d’un successeur, il écrit un poème

Diffusion du lundi 9 avril 2018 Durée : 19min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à un programme éducatif qui a pour but de faciliter l'intégration des migrants et à une jeune créatrice qui a décidé d'utiliser des vieilles chambres à air comme matière première

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Médecin poète. Quelques rimes pour attirer des candidats à sa succession

- Wintergreat. Former les réfugiés pour une meilleure intégration 

- La Réchappée Belle. Des bijoux en chambres à air

*

  - Aucun(e)
-

A 65 ans et après 37 ans d’exercice, Jean-Marc Clément, médecin généraliste à Colombier-Fontaine dans le Doubs, fera valoir ses droits à la retraite fin juin. 

En quête d'un successeur, il a rédigé un petit poème visible sur Facebook.

  - Aucun(e)
-

Aujourd'hui, trois médecins exercent encore à Colombier-Fontaine pour un bassin de 8.000 habitants. Deux d'entre eux partent à la retraite en juin prochain. Il ne restera donc plus qu'un seul médecin dans la commune. 

Un projet de maison médicale devrait voir le jour dans les prochaines semaines. Mais un seul médecin ne suffira pas.

Pour attirer des candidats, Jean-Marc Clément a décidé de céder gracieusement son cabinet médical. Il s’occupe d’environ 3.000 patients.

► Pour en parler : Jean-Marc Clément

► A lire également : Doubs : le médecin de Colombier-Fontaine publie un poème sur internet pour se trouver un successeur

*

  - Aucun(e)
-

Chaque année, plusieurs milliers de réfugiés arrivent en France. Une fois dans la société d’accueil, la plupart sont contraintes d’abandonner leurs projets et leurs rêves.

C’est à partir de ce constat que 2 étudiants ont décidé de créer l’association Wintergreat, un programme gratuit dans lequel les Grandes Ecoles et universités de France forment et viennent en aide aux réfugiés.

12 semaines

Pendant 3 mois, les réfugiés reçoivent 20h de cours hebdomadaires pour acquérir des repères linguistiques et culturels : des cours de français comme langue étrangère (FLE), d’anglais pour se perfectionner dans cette langue incontournable et de « Vivre en… » pour apprendre la culture et comprendre le fonctionnement d’un pays inconnu jusque-là.

Pour participer au programme, il faut que les candidats correspondent à certains critères. En effet, ils doivent avoir le statut de réfugié ou de demandeur d’asile en France, avoir au minimum l’équivalent du baccalauréat dans leur son pays d’origine et au moins 18 ans (pas d’âge maximum), faire preuve d’une grande motivation et ambition pour poursuivre son parcours en France et être disponible pendant la totalité de la période durant laquelle se déroulent les programmes.

Un certificat est remis en fin de semestre pour attester des progrès de l’étudiant et faciliter sa réinsertion éducative et/ou professionnelle.

► Pour en parler : Theo Scubla, l’un des créateurs de l’association

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de l’association

*

  - Aucun(e)
-

Après avoir passé 30 ans de sa vie dans une PME, Isabelle Fabbro a décidé de laisser libre court à son imagination et à sa créativité. 

Installée en Alsace, elle a décidé de donner une seconde vie à des matériaux condamnés et de détourner certains objets.

Isabelle Fabbro travaille les chambres à air et les métamorphoses en bijoux ou en petite maroquinerie grâce à des chutes de cuir fantaisie et de tissus d'ameublement. 

Par ailleurs, elle transforme les vieux disques 33 tours en horloges ou autre décos à suspendre et, avec les chutes elle crée encore des bijoux. 

  - Aucun(e)
-

Pour égayer ses créations toutes réalisées à partir de matières premières noires, elle les ravive avec des boutons, des bouts de dentelles, des capsules de café ou de bouteilles…

Sa boutique en ligne se nomme La Réchappée Belle. Il faut compter environ 12 euros pour des boucles d’oreilles, 15 euros pour un bracelet, 20 euros pour un collier et 45 euros pour une horloge

► Pour en parler : Isabelle Fabbro

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de la boutique