Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Memoquest : un outil de suivi à domicile des patients

Diffusion du mardi 10 avril 2018 Durée : 20min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à une classe Harry Potter créée dans un collège de Metz et à l’histoire de la noix de Grenoble.

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Memoquest. Un outil de suivi à domicile des patients

- Une classe Harry Potter. Ou comment faire aimer le latin à des élèves de 5e

- La noix de Grenoble. Elle fête les 80 ans de son AOP

*

  - Aucun(e)
-

D’ici fin 2018, les établissements de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) seront équipés du système Memoquest, élaboré par l’entreprise Calmedica en 2014. 

Il s’agit d’un algorithme créé dans le but d’améliorer les soins ambulatoires. 

La veille d’une opération, un sms est automatiquement envoyé au patient rappelant quelques consignes à respecter : emmener les résultats d’examens, douche à la bétadine, être à jeun… Il est également demandé au patient de confirmer sa venue par retour de SMS. Cette première étape a pour objectif de limiter les reprogrammations d’opérations.

Le jour de la sortie précoce du patient, le médecin référent déclenche le protocole de surveillance par sms via la plateforme internet Memoquest avec des identifiants personnalisés et sécurisés. 

Le patient qui a été prévenu reçoit à J1, J3, J5 et J7 à 10h du matin (protocole modulable en fonction de la pathologie et de l’utilisateur), une série de questions par SMS. En fonction des réponses, une alerte par mail est envoyée au médecin référent selon des critères anormaux prédéfinis ou en l’absence de réponse.

De leur côté, les personnes ayant subi une opération en ambulatoire ont toujours la possibilité d’appeler les hôpitaux et de parler à un professionnel de santé en cas de problème.

L’algorithme équipe déjà une centaine d’hôpitaux publics et privés en France.

► Pour en parler : le professeur Ecoffey, chef de Service d’Anesthésie-Réanimation au CHU de Rennes

► En savoir + : le site internet du système MémoQuest

*

  - Aucun(e)
-

Dans la saga Harry Potter, les noms des créatures et ceux des sorts sont basés sur le latin, une langue qu’appréciait fortement l’auteure J.K. Rowling.

Une enseignantes du collège Georges de La Tour à Metz a donc décidé de s’inspirer du célèbre sorcier pour intéresser ses élèves de 5e à cette langue ancienne qui a la réputation d'être ardue.

L’école Mythologica est née à la rentrée dernière.

  - Aucun(e)
-

En début d'année, elle a fait passer des tests à ses élèves afin de les répartir dans des « maisons », comme Harry Potter : la maison du Sphinx, la maison de Pégase et la maison de la Gorgone. 

Chacun ensuite par ses notes, ses actions gagne des points. Lorsqu'un élève fait quelque chose de moins bien ou lorsqu'il a une mauvaise note, il fait perdre des points à sa maison.

La réaction des élèves est plus que positive. Du coup, ses collègues de musique et de sciences physiques lui ont emboîté le pas, en faisant travailler les élèves sur la musique d'Harry Potter et sur les potions magiques, comme à Poudlard !

► Pour en parler : Véronique Bejot, professeur de latin

► En savoir + : L'influence du Latin dans Harry Potter

► A lire également : Avec Harry Potter, une enseignante de Metz donne le goût du latin à ses élèves

*

  - Aucun(e)
-

Incontournable dans la région, la Noix de Grenoble est un produit phare du terroir isérois réputée et appréciée dans le monde entier. 

L'AOP "Noix de Grenoble" date de 1938, elle fête donc ses 80 ans, mais la notoriété de la noix de Grenoble est bien plus ancienne. 

En effet, dès 1830, des sacs de "Grenoble walnuts" sont débarqués sur les quais des ports américains de la côte Ouest. La demande est au rendez-vous mais l'offre à du mal à suivre. Des producteurs peu scrupuleux se mettent alors à mélanger les noix de Grenoble avec d'autres fruits, venus d'ailleurs. 

  - Aucun(e)
-

La profession doit s'organiser. Elle crée une fédération, puis définit une zone géographique en 1927. 

En juin 1938, la noix de Grenoble obtient l'AOC, l'appellation d'origine contrôlée. C'est le premier fruit à obtenir ce label en France.

Aujourd'hui, l'appellation l’AOP regroupe 980 nuciculteurs principalement en Isère, Savoie et Drôme. Ils produisent entre 10.000 et 15.000 tonnes de noix de Grenoble par an. 

La noix de Grenoble a même son musée, Le Grand Séchoir basé à Vinay.

► Pour en parler : Yves Borel, président du Comité Interprofessionnel de la Noix de Grenoble

► En savoir + : le site internet du Grand Séchoir

► A lire également : L'appellation d'origine contrôlée "Noix de Grenoble" fête ses 80 ans