Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Les ateliers de Nîmes s’équipent pour relocaliser la production de la toile denim

Diffusion du lundi 30 avril 2018 Durée : 18min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à une start-up qui réimprime en 3D les pièces détachées de voitures de collection et à un nouveau réseau social.

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Ateliers de Nîmes. Pour un retour de la toile denim à Nîmes

- Gryp. La Start-up réimprime en 3D les pièces détachées de voitures de collection

- Pepeats. Un réseau social autour de la restauration

*

  - Aucun(e)
-

Ateliers de Nîmes sort actuellement un millier de jeans par an. Ces derniers sont confectionnés à Marseille et à Paris. 

La marque souhaiterait fabriquer des jeans 100% Made in France. Pour cela, elle veut recréer à Nîmes une véritable filière industrielle de la toile denim.

Le 14 avril dernier, les 3 associés ont lancé une campagne de financement participatif pour faire venir à Nîmes trois métiers à tisser italiens qui vont permettre de fabriquer de la toile denim haut de gamme. 

L’objectif a été atteint. Les 3 métiers à tisser "Picanol Président" vont pouvoir s’installer à Nîmes. Mais la campagne continue pour désormais espérer un atelier plus spacieux et plus fonctionnel.

Retour aux origines

Une grande majorité de personnes l'ignore, mais la toile denim qui sert à fabriquer les jeans est originaire de Nîmes… Ça s'appelait le serge de Nîmes. 

Progressivement cette fabrication s'est développée un peu partout. A la révocation de l’Édit de Nantes, beaucoup de protestants sont partis et ont emporté avec eux ce savoir-faire nîmois car de nombreux protestants étaient dans l'industrie textile.

► Pour en parler : Guillaume Sagot l’un des co-fondateurs de la marque

► En savoir + : le site internet et la page Facebook des Ateliers de Nîmes

► A lire également : Une collecte de fonds pour faire revenir la toile denim à Nîmes

*

  - Aucun(e)
-

Après avoir créé Auto Exception & Cie, une entreprise de courtage et de conseil pour l’achat et la vente de voitures de collection, Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem ont lancé GRYP.

Cette société, installée et incubée à Bordeaux il y a près d’un an, est spécialisée dans la reproduction de pièces détachées sur-mesure

Grâce aux techniques d’impression 3D, ces deux passionnés de voitures anciennes sont en mesure de reproduire des pièces automobiles rares, voire introuvables. D’ailleurs certaines ne sont plus produites en usine.

La modélisation 3D est réalisée par une équipe de dessinateurs 3D puis le choix du matériau se fait en fonction des contraintes.

Une fois imprimée, la nouvelle pièce est livrée.

A l’avenir, Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem espèrent investir dans de nouvelles imprimantes 3D, afin de produire des pièces mécaniques

► Pour en parler : Gauthier Laviron, co-fondateur de la start-up.

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de la start-up

*

  - Aucun(e)
-

Trois associés ont créé "Pepeats", une sorte de réseau social autour de la restauration. 

L’application se divise en trois catégories. « Mes Pepeats » pour stocker vos bonnes adresses, « Mes amis » pour découvrir celles de vos amis et pourquoi pas les mettre dans votre liste « A tester » et « Inspire Moi » pour demander à l’IA de vous trouver un restaurant qui vous correspond.

Lancée en septembre dernier, l’application Pepeats utilise en effet l’intelligence artificielle pour conseiller restaurants et bars à ses utilisateurs. 

  - Aucun(e)
-

Pour vous suggérer une adresse, l’algorithme prend ainsi en considération la localisation, le type de cuisine et l’ambiance des lieux que vous avez aimée, ou ceux que vos amis plébiscitent également.

L’algorithme s’inspire de tous ces critères dans son calcul et anticiper ainsi vos futurs établissements coups de cœur. C’est en tout cas l’objectif.

Par ailleurs, l’application envoie des promos sur les restaurants et bars que vous avez envie de tester.

► Pour en parler : Romain Legallais, fondateur de « Pepeats »

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de Pepeats