Replay du lundi 31 août 2020

Des vendanges précoces en Champagne

Au sommaire également : l'histoire du cornet de glace en France et petit point sur l'été dans les refuges de montagne

Les vendanges ont débuté le jeudi 20 août dans les vignes à Brimont
Les vendanges ont débuté le jeudi 20 août dans les vignes à Brimont © Radio France - Sophie Constanzer

Des vendanges précoces en Champagne 

Les premiers coups de sécateurs en Champagne pour ces vendanges 2020 ont débuté dès le lundi 17 août dans certaines communes de l'Aube. 

A Belval-sous-Châtillon dans la Marne, elles ont débuté le 24 août, ce qui en font les plus précoces de l’histoire. Selon les données de l’Insee, elles ont avancé, en 20 ans, de 2 semaines dans le vignoble.  

Des vendanges qui ont évidemment eu lieu dans un contextes particulier avec la mise en place de règles sanitaires liées à la Covid-19 et un rendement commercialisable fixé à 8.000 kilos par hectare. 

David Faivre est vigneron. Il a créé une chaîne consacrée à la viticulture sur Youtube.  

--> Pour en parler : David Faivre, viticulteur en Champagne  

L'histoire du cornet de glace en France 

Le cornet de glace est officiellement né en 1904 à l’exposition universelle de Saint-Louis, aux Etats-Unis. Mais les Français revendiquent également la paternité de ce biscuit gaufrette qu'ils auraient créé 15 ans plus tôt, dès 1890.  

C'est près de Dunkerque dans le Nord, sur la plage de Malo-les-Bains, que Francesco Gualano l'aurait inventé. 

-
- -

Aujourd’hui, les descendants de Francesco Gualano sont à la tête de trois boutiques, Cornet d’amour. Ils y confectionnent les parfums les plus originaux, et semblent ne rien se refuser. 

Frank Verschave, l’actuel patron des lieux, se rend régulièrement en Italie pour rencontrer ses confrères afin de toujours parfaire sa technique. 

--> Pour en parler :  Franck Verschave, arrière-petit-fils de Francesco Gualano, vendeur de glaces et cornets à Malo les Bains 

Comment l'été s'est déroulé dans les refuges en montagne ? 

Dans les refuges de montagne, le temps des grandes tablées est terminé. Protocole sanitaire oblige, chaque groupe de randonneurs doit être séparé, un vrai casse-tête pour les gardiens du refuge.  

Pour les randonneurs aussi les choses se compliquent avec le Covid-19. Pour passer une nuit en refuge, il faut désormais s’équiper de son propre sac de couchage, de ses vêtements chauds, un masque, son gel hydroalcoolique, son propre papier toilette, ses sandales et même de quoi se divertir.  

-
- -

Est-ce que ces précautions ont découragé les randonneurs ? Petit tour au refuge Pierre de carre

--> Pour en parler : Guylain Hauet, président de l'association des gardiens de refuges de l'Isère  

Mots clés: