Replay du jeudi 31 décembre 2020

Quelles huitres choisir pour vos tables du 31 ?

- Mis à jour le

Et aussi : l'essor de la raquette, du ski de fond et du ski de randonnée nordique. Dernier sujet : le champagne

Parc à huitres
Parc à huitres © Getty

1. Les Huitres 

Pourquoi les huîtres se trouvent liées aux fêtes de fin d’année ? Tout simplement car c’est la bonne saison pour les récolter : la récolte se tient d’octobre à mars, il ne faut donc pas manger d’huitres en dehors de cette période.

Si votre huître est bien fermée et difficile à ouvrir, c’est qu’elle est bien fraiche, car manger une huître ça se mérite ! L’aspect de la coquille est aussi important : si elle est brillante, votre huître a de grandes chances d’être bien fraîche. Les huîtres se conservent autour de 5°C et il est impératif de les poser à plat. Pour apprécier une huître, il ne faut pas la gober, mais prendre le temps de la mâcher.

On en parle avec Bruno Gauvain, poissonnier-écailler à la Maison Gillardeau. 

2. L'essor de la raquette, du ski de fond et du ski de randonnée nordique

Cette année, il n’y a pas de remontées mécaniques… mais les Français n’ont pas pour autant renoncés à aller à la montagne et d’autres activités se sont développées, notamment les balades en raquette, le ski de fond, mais aussi le ski de randonnée nordique.

En général 1 client sur 2 a maintenu sa réservation pour les fêtes de Noël, et depuis novembre, on estime que les ventes de raquettes ont dû augmenter de 60 %, les magasins ont dû augmenter leurs stocks en urgence afin de pouvoir satisfaire tout le monde.

On en parle avec Martin Romarie, directeur de la Boîte à Montagne, l'école de ski internationale des Rousses dans le Jura. 

3. Le champagne

Le champagne est le vin le plus connu de la planète. Depuis plus de 200 ans, le champagne est le roi des vins.

A l’origine, le vin de champagne était un vin rouge, issu du terroir, dont on redoutait  le « tumulte », c’est-à-dire la seconde fermentation. La mousse ainsi produite était considérée comme un accident malheureux. Ce sont les moines bénédictins qui ont commencé à améliorer la qualité de ces vins régionaux.

On en parle avec François Demouy, en charge de la communication de la Maison Palmer & Co, située à Reims. 

Mots clés: