Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Jabeprobe. Un dispositif de lutte préventive contre le frelon asiatique

Diffusion du mercredi 13 mars 2019 Durée : 18min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à Jonathan Drutel greffé au cœur et au poumon et qui a réussi l'Ironman de Nice et à une micro-brasserie installée dans une caravane

Au sommaire aujourd’hui :

- Jabeprobe. Un dispositif de lutte préventive contre le frelon asiatique

- Jonathan Drutel. Greffé au cœur et au poumon, il a réussi l'Ironman de Nice

- Bière qui roule. Une micro-brasserie ambulante à Lille

*

  - Aucun(e)
-

En mai 2008, Denis Jaffré, apiculteur de Locmélar dans le Finistère a reçu le fameux Grand Prix du concours Lépine pour son piège à frelons asiatiques.

Il réfléchissait à cette invention depuis 2006, année où il a perdu 35 colonies à cause de cet indésirable frelon asiatique qui décime des milliers d'abeilles depuis son arrivée en France en 2004.

En passe d’être commercialisé aux alentours de 10 euros, Denis Jaffré a réussi à capturer plus de 1.000 frelons asiatiques dont 25 reines avec un seul dispositif lors de la période d’expérimentation.

Un piège sélectif

Le dispositif comprend deux caisses. La première contient l'appât, de la cire mielleuse ou du miel, disposé sur des copeaux de bois.

La seconde caisse, disposée sur la première, est grillagée dans le fond. Une fois entré dans son piège, appâté par les effluves de miel, le nuisible sera condamné à y périr.

  - Aucun(e)
-

Mais ce n’est pas tout. Denis Jaffré a conçu son piège avec deux portes d’entrées « sur le principe de la nasse ».

Assez étroites pour ne pas laisser entrer les frelons européens, elles ont été pensées pour retenir son cousin asiatique sans emprisonner les abeilles, guêpes et bourdons de passage. Ces derniers arrivent à sortir en moins de trois minutes.

► Pour en parler : Denis Jaffré

► En savoir + : le site internet et la page Facebook du Jabeprobe

*

  - Aucun(e)
-

Jonathan Drutel, 33 ans, greffé à deux reprises au cœur et au poumon, est venu à bout de l'Ironman de Nice l’année dernière.

A noter que l'Ironman, c’est 180 km à vélo, 42 km de course à pied et 3,8 km de natation. 

Il vient de sortir un livre dans lequel il raconte son aventure et son combat pour la vie. 

  - Aucun(e)
-

Atteint depuis la naissance de la mucoviscidose, Jonathan Drutel raconte, dans ce livre, son combat quotidien contre la maladie. Suivi avec attention par le corps médical, Jonathan subit une première greffe bi-pulmonaire à 24 ans, sans succès. Puis, un an plus tard, une double greffe cardio-pulmonaire, cette fois-ci, fonctionne : c'est une bataille gagnée. Une de plus !

Âgé alors de 25 ans, il lui faut trouver un défi, une source de motivation pour donner un cap à son existence. Jonathan se met à la course à pied puis au vélo. En 2017, après une préparation de plusieurs mois, il parvient à achever le Marathon de Paris, une victoire qui lui aura fait perdre quatre kilos en cinq heures et seize minutes. 

Bientôt, une idée germe dans son esprit : participer à l'un des triathlons les plus durs au monde : l'Ironman, cette épreuve mythique de 3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42,195 km de course à pied !

► Pour en parler : Jonathan Drutel

► Aller + loin : la page Facebook de Jonathan Drutel

*

  - Aucun(e)
-

Photographe indépendant de profession et brasseur par passion, Nicolas Lalau a inventé un nouveau concept : une micro-brasserie ambulante, sorte de roulotte qui vient jusqu’à chez vous pour brasser votre propre bière lors d’événements festifs par exemple.

Pour ce faire, Nicolas Lalau a récupérée et retapée une caravane qu’il a donc transformée en micro-brasserie. 

Lors d'un premier rendez-vous, vous choisissez le type de bière que vous voulez, blonde, brune, très amère ou houblonnée, et Nicolas arrive avec son équipement et son malt, à bord de sa caravane.

Il faut environ quatre heures pour réaliser un brassin. Nicolas surveille régulièrement la température de l'eau, la teneur en sucre, qui donnera l'alcool après fermentation. Il est là pour vous guider, pour expliquer la fabrication de la bière, mais c'est vous qui êtes le brasseur, vous mettez le houblon, les levures, vous faites le filtrage.

A la fin de l'intervention, il faut faire preuve de patience, puisque Nicolas Lalau repart avec le breuvage. La fermentation, la garde, tout cela se passe dans son atelier. Vous récupérez 50 litres de bière au bout de cinq à six semaines, dans des petites ou des grandes bouteilles, avec une étiquette personnalisée. 

Coût de la prestation, 880 euros.

► Pour en parler : Nicolas Lalau

► En savoir + : la page Facebook de la micro-brasserie 

► A lire également : Il invente une micro-brasserie ambulante pour vous permettre de fabriquer votre bière vous-même