Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Notre Dame de Paris. Un plasticien de l'Yonne transformée la charpente calcinée en œuvre d'art

Diffusion du mardi 14 mai 2019 Durée : 23min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également au jardin botanique de Val Rahmeh et au projet Sanctuary qui va vous permettre d’envoyer un selfie sur la Lune

Au sommaire aujourd’hui :

- Notre Dame de Paris. Un plasticien de l'Yonne transformée la charpente calcinée en œuvre d'art

- Le jardin de Val Rahmeh. Les tropiques à Menton

- Sanctuary. Ou comment envoyer un selfie sur la Lune

*

  - Aucun(e)
-

Le 8 avril 2017 un incendie accidentel ravage en grande partie la maison de Pierre Marty au Tremblay dans l’Yonne.

Au cours de l’hiver dernier en regardant les poutres brûlées qu’il a soigneusement mises de côté sur son terrain, il décide de les transformer.

Pour ce faire, il s’inspire du kintsugi, une méthode japonaise qui consiste à réparer des céramiques au moyen d’une laque couverte de poudre d’or. 

Pierre Marty a appris à travailler ce bois, avec du vernis et de la feuille d'or pour souligner la beauté de ces poutres sculptées par le feu. 

Pierre Marty exposera son travail en juillet prochain à Saint-Fargeau pour une exposition intitulée Résilience

Pierre Marty souhaiterait appliquer ce traitement à la charpente millénaire de Notre-Dame de Paris. 

Il  vient  d'écrire à la direction régionale des affaires culturelles pour lui faire part de sa proposition. Une démarche totalement désintéressée puisqu'il propose de reverser les éventuels profits pour la reconstruction de la cathédrale.

► Pour en parler : Pierre Marty

► A lire également : Un plasticien de l'Yonne veut faire de la charpente calcinée de Notre-Dame, une œuvre d'art

► A lire également : Un dossier complet sur l’incendie de Notre Dame de Paris 

*

  - Aucun(e)
-

Situé à Menton, à 1,5km de la frontière italienne, le jardin du Val Rahmeh abrite plus de 1.700 espèces sur une surface d’1,5 ha. 

Installé entre mer et montagne, il accueille de nombreuses plantes subtropicales grâce à un microclimat doux et humide. 

Géré par le Muséum National d’Histoire Naturelle depuis 1966 et labellisé Jardin Remarquable depuis 2014, le Val Rahmeh veille à acclimater et conserver les espèces réunies par affinité climatique, offrant ainsi une palette de paysages aux visiteurs.

Une mission de conservation

Plus d’une centaine d’espèces rares et protégées à l’échelle internationale sont préservées ici. 

Parmi elles, le Sophora toromiro, arbuste disparu de l’île de Pâques, est implanté en pleine terre depuis 1993 grâce aux graines récupérées sur le dernier arbre de l’île par des scientifiques suédois dans les années 1950.

► Pour en parler : Christophe Joulin, responsable du jardin botanique du Val Rahmeh

► Aller + loin : le site internet du jardin botanique

*

  - Aucun(e)
-

À la fin de l’année 2019, le rover allemand ALINA doit se poser sur la Lune. Dans ses bagages, il emportera un drôle de colis : une capsule temporelle. Une sorte de boîte qui renfermera 17 disques, de 9 centimètres de diamètre chacun, fabriqués dans du saphir, un matériau très dur choisi pour sa capacité à défier le temps et à résister aux assauts des rayonnements solaires. 

Dessus, les scientifiques auront gravé à l’aide d’un laser différents messages : des textes, des dessins, des cartes, des photos, des schémas destinés à donner une image de ce que l’on sait aujourd’hui de notre planète et de ses habitants.

La musique aussi y aura sa place : des sons et œuvres musicales seront représentés sous forme de sonogramme"

Mais les disques embarqueront également des contributions individuelles : dessins d'enfants, inscriptions manuscrites dans n'importe quelle langue et alphabets, mais aussi de 5 à 10.000 selfies… 

  - Aucun(e)
-

Chaque image ne mesurera que 500 x 500 pixels (chaque pixel étant de l'ordre du micron), de sorte qu'il faudra sortir les microscopes pour ensuite visualiser ces minuscules portraits de la population humaine. 

Vous pouvez participer à ce projet en envoyant un selfie de vous ou de votre famille. Un tirage au sort sera ensuite organisé pour sélectionner ceux qui seront envoyés sur la lune.

► Pour en parler : Jean-Philippe Uzan, l’un des scientifiques qui travaille sur ce projet

► Aller + loin : envoyer votre selfie