Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

La dentelle du Puy-en-Velay au secours des récifs de corail

Diffusion du jeudi 11 octobre 2018 Durée : 18min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à un jeune médecin qui sillonne la France en Camping-Car pour remplacer ses confrères

Au sommaire aujourd’hui :

- Corail Artefact. Un projet art sciences industrie

- Hélène Verdon. Portrait d’un médecin itinérant

- Hop ! Biodiversité. Quand les aéroports préservent la biodiversité

*

  - Aucun(e)
-

Telle est le nom d’un projet dont l’objectif est d’élaborer une dentelle susceptible de favoriser la restauration des barrières de corail.

Pour cela l’artiste Jérémy Gobé souhaite combiner la recherche scientifique, l’art et le savoir-faire de la scop Fontanille, l’usine de fabrication de dentelle en Haute-Loire.

A cause du changement climatique, les nouvelles cellules de corail ne se fixent plus au récif, le corail se meurt, c’est peut être une solution.

Le point d’esprit

C’est en visitant la scop Fontanille que l’artiste découvre un point traditionnel appelé Point d’esprit. Jérémy Gobé dont la pratique se développe autour des coraux qu’il prolonge, dessine et sculpte pour leur redonner vie, voit immédiatement le lien entre les coraux et cette dentelle, travaillée depuis plus de 400 ans. Le point d’esprit est un motif dont la symétrie est identique à la forme du squelette du corail !

  - Aucun(e)
-

Jérémy Gobé s'associe alors à la scientifique de renom, Isabelle Domart-Coulon, maître de conférences au Museum National d'Histoire Naturelle.

Ensemble, ils mettent au point un protocole. Il s’agit de prouver que la dentelle est l’interface idéale pour que de nouvelles colonies de corail  s’implantent et se développent pour restaurer les récifs décimés. 

Outre une similitude visuelle, la dentelle présente de nombreux avantages : transparences, rugosité, biodégradabilité, ...

Jérémy Gobé initie ainsi l’idée d’utiliser la dentelle du Puy en Velay comme substrat pour la recolonisation de la barrière de corail.

► Pour en parler : Jérémy Gobé, l’artiste à l’origine du projet

► En savoir + : le site internet et la page Facebook du projet

► Aller + loin : le site internet de l’entreprise Scop Fontanille

► A lire également : De la dentelle du Puy-en-Velay pour sauver la barrière de corail

*

  - Aucun(e)
-

Médecin généraliste depuis 2 ans, Hélène Verdon, a choisi de parcourir la France en camping-car pour assurer des remplacements de confrères en congés. 

Au volant de son camping-car, elle a débuté son périple en mai dernier en Bretagne avant de se diriger vers la Baie de Somme, les Vosges, la Bourgogne, la Savoie, la Provence et plus à venir.

Hélène privilégie les zones rurales, souvent en situation de désert médical. Aujourd’hui, elle est à Istres dans les Bouches du Rhône.

  - Aucun(e)
-

Pour elle, c’est un bon moyen de se familiariser avec des logiciels, de découvrir le libéral seul ou à plusieurs, de construire sa propre expérience avant de poser sa plaque car quand un médecin s’installe, c’est souvent pour la vie.

12 mois, 30 étapes, 1 site internet

Pour bien préparer son Tour de France, Hélène s’est appuyée sur le site RemplaFrance.com

Avec plus de 4.000 annonces de remplacement en France sur le site, Hélène a contacté plus d’une centaine de médecins qui recherchaient un remplaçant pour une ou deux semaines.

Tous apprécient le projet et certains se sont adaptés à son parcours pour pouvoir partir en vacances, ce qu’ils n’avaient pas fait depuis 1 an.

Les médecins qu’elle remplace l’aident pour trouver des endroits où stationner et lui proposent de l'eau, de l'électricité, des machines à laver... des petites choses pour améliorer son quotidien de camping cariste.

► Pour en parler : Hélène Verdon, elle-même

*

  - Aucun(e)
-

Les aéroports ont la réputation d’être des lieux hostiles à la faune et la flore. En ces lieux finalement exempts de pesticides et autres produits chimiques, les animaux et les plantes ont la possibilité de vivre et se développer.

L’association Hop ! Biodiversité s’est créée pour évaluer la biodiversité des plateformes aéroportuaires en France.

Depuis 2013, l’association fait le lien entre les différents acteurs de l’aérien pour mettre en place une gestion plus naturelle et respectueuse de la biodiversité, en tenant compte, bien évidemment, des contraintes d’exploitation et de sécurité aérienne.

Un aéroport c’est 70% d’espaces verts en moyenne, majoritairement des prairies qui sont l’un des espaces naturels les plus menacés en Europe. 

► Pour en parler : Roland Seitre, fondateur de Hop ! Biodiversité et docteur vétérinaire

► En savoir + : le site internet de l’association