Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

L’hyperloop, un train subsonique à l’essai dans le Limousin

Diffusion du mardi 4 septembre 2018 Durée : 16min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à une bouteille 100% végétale et à un mémorial numérique pour les poilus morts pour la France

Au sommaire aujourd’hui :

- L’hyperloop, un train subsonique à l’essai dans le Limousin

- La Veganbottle. Une bouteille 100% végétale

- 1 jour - 1 poilu. Une mémorial numérique pour les poilus morts pour la France

*

  - Aucun(e)
-

La start-up canadienne Transpod va installer dans la commune de Droux en Haute Vienne, 364 habitants, une piste d’expérimentation de l’hyperloop. Cette dernière s’étendra sur 3 Km, la piste la plus longue du monde. Le terrain a été mis à disposition par le département.

L’Hyperloop est un projet de nouveau transport terrestre. L’idée est de faire voyager des personnes ou des marchandises à plus de 1.000 Km/h dans des capsules propulsées dans un tube.

Elon Musk voit dans ce concept qu’il a imaginé, un moyen de transport plus sûr que l’avion, indépendants des caprices de la météo et ultra-rapide. Ils estiment sa vitesse moyenne à 2 fois celle d’un avion.

Autre avantage de l’hyperloop, il générera moins de nuisances sonores qu’un aéroport, pas plus qu’une installation d’éoliennes.

En revanche, contrairement à l'avion et aux trains, son principal inconvénient est qu'il faut créer un réseau dédié, aujourd'hui inexistant, dans des zones parfois déjà urbanisées.

Des défis techniques

Les grandes vitesses et la proximité des capsules de transport avec les parois nécessitent une linéarité du tube précise de l’ordre du millimètre. 

Les tubes posés sur pylônes ne doivent pas trop fléchir sous la contrainte. 

Les dilatations et contractions sous 'effet des variations de température doivent être précisément contrôlées. 

Evidemment, ces problèmes sont moins importants dans le cas d'une construction souterraine.

► Pour en parler : Vincent Léonie, premier adjoint au maire de Limoges

*

  - Aucun(e)
-

Un entrepreneur charentais a imaginé des bouteilles 100% végétales à base de déchets de cannes à sucre. Elles sont ainsi entièrement biodégradables et recyclables à l’infini.

Au départ de chaque bouteille, des granulés transformés en matière dans un laboratoire en Normandie. La fabrication se déroule ensuite comme pour celle des autres bouteilles mais elle est plus rapide et consomme moins d’énergie.

Pour rendre le produit attractif, Nicolas Moufflet a incorporé dans son plastique transparent végétal des paillettes, elles aussi végétales, issues de coquille d’huitres, de moules de pépins de raisin, d’épluchures de fruits…

  - Aucun(e)
-

Les bouteilles sont faites sur mesure, selon la demande, qu’ils soient dans l’alimentaire ou non. La start-up est même capable de proposer des bouteilles aux couleurs des clients.

Depuis août 2016, l’unique usine de production, située à Saintes en Charente-Maritime, a fabriqué près de 2 millions de bouteilles.

► Pour en parler : Nicolas Moufflet qui a imaginé la Veganbottle

► En savoir + : le site internet de la bouteille 

*

  - Aucun(e)
-

Beaucoup de français ne connaissent pas vraiment l’histoire de leur famille…

C’est de ce constat qu’est né le projet 1 jour – 1 poilu. En 2014, Jean-Michel Gilot lance un défi aux internautes, celui d’indexer toutes les fiches des soldats d’ici la fin des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale.

Caroline Pauly a découvert l’initiative, il y a 3 ans. Le nom de son arrière-arrière-grand-père est inscrit sur un bâtiment aux morts mais elle s’est aperçu qu’elle ne connaissait pas bien son histoire. Alors elle décide d’enquêter.

Mémoire des hommes

Consulter les informations était déjà possible via la plateforme Mémoire des hommes. En 2003, la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives met à la disposition du public des documents numérisés et des informations issues des fonds d'archives. 

  - Aucun(e)
-

Mais ce mémorial numérique atteint très vite ses limites, notamment parce qu’il permettait uniquement des recherches par le nom, le prénom, et le département de naissance du poilu. D’où le choix, en 2013, de repenser l'interface et de l’ouvrir à l’indexation collaborative

L’objectif ? Demander aux internautes d’indexer d’autres informations comme la date et le lieu du décès, la classe, le lieu de recrutement, le numéro de matricule… Des informations précieuses pour les historiens car elles peuvent permettre de reconstituer le parcours militaire de chaque soldat et de mieux cerner son identité.

Défi relevé. La base "Mémoire des Hommes" du Ministère des Armées a été intégralement indexée par les internautes le 30 avril 2018 à 14h46. Les 1.422.776 Poilus morts pour la France de la Première Guerre mondiale ont désormais leur mémorial numérique.

► Pour en parler : Caroline Pauly qui a recensé et photographié des plaques en émail des poilus tombés au front lors de la 1ere guerre mondiale

► En savoir + : la page Facebook du défi « 1 jour – 1 poilu »