Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

Les Olympiades des métiers. Une compétition du savoir-faire

Diffusion du vendredi 30 novembre 2018 Durée : 16min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à des lunettes de stars qui s’exposent chez différents opticiens de France et à un distributeur de pizzas

Au sommaire aujourd’hui :

- Les Olympiades des métiers. Une compétition du savoir-faire

- Pierre Marly. Virtuose des lunettes haut de gamme

- Smart Pizza. Une pizza chaude quand je veux !

*

  - Aucun(e)
-

Du 29 novembre au 1er décembre 2018, la Normandie accueille les  45e Finales Nationales des Olympiades des Métiers.

Les Olympiades des Métiers est une compétition exceptionnelle qui permet à des jeunes de toutes régions et de tous horizons (apprentis, lycéens pro, étudiants, salariés…) de mesurer leur savoir-faire dans une soixantaine de métiers très divers, d’arts graphiques à web design en passant par chaudronnerie, horticulture, maintenance aéronautique, pâtisserie-confiserie, peinture automobile, taille de pierre... 

Chaque candidat doit réaliser, en un temps limité et en public, une série d’épreuves techniques liées à son métier. 

Au-delà de la compétition, ces Olympiades des Métiers sont aussi un excellent vecteur d’information et de communication sur les métiers et les formations. 

Les Finales Nationales

Durant trois jours, les candidats, représentants de toutes les régions de France, s’affrontent dans le but d’élire les nouveaux représentants des Olympiades des Métiers. 

Cette seconde étape de sélection voit naître l’équipe de France des Métiers qui s’envolera pour la compétition mondiale à Kazan en Russie en août 2019.

► Pour en parler : Gérald Deloge, professeur de taille de pierre au lycée les Marcs d'Or à Dijon

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de l’événement

► A lire également : Olympiade des Métiers : un jeune tailleur de pierre côte-d'orien en lice pour le titre national

*

  - Aucun(e)
-

Pierre Marly était une personnalité remarquable de la filière optique. Il aura été opticien, industriel, chef d’entreprise, gérant de magasins, collectionneur de lunettes anciennes et créateur bien avant l’heure.

Il arrive dans le monde de l'optique vers les années 45-50 à une époque où les lunettes étaient encore un accessoire mal-aimé proche de la prothèse : quelques formes, deux matières et une couleur. Il sera le premier à introduire la mode en lunetterie en 1951. 

Sans diplôme, après divers emplois en région parisienne, il rejoint Lissac à 26 ans où il connait une ascension fulgurante et devient l’un des bras droits de Georges Lissac.

En 1948, il quitte l’enseigne pour reprendre une société en difficulté qui deviendra le distributeur des verres Essilor pour tout le Benelux. Parallèlement, il entame une carrière d’opticien en région parisienne où il ouvrira jusqu’à huit magasins et en particulier celui de la rue François 1er en 1955. 

  - Aucun(e)
-

C’est à partir de là qu’il devient « l’opticien du Tout Paris ». C’est pour cette clientèle de VIP du monde entier qu’il crée des montures absolument hors du commun. Il touche à tous les matériaux : l’écaille, le métal mais c’est sur l’acétate découpé qu’il donnera toute sa mesure. Pierre Marly a aussi constitué au fil du temps une collection de plus de 4.000 lunettes anciennes.

Composée de 14 paires, chaque monture étant gravée du nom de la star l’ayant portée. Parmi ces stars : Audrey Hepburn, Jacqueline Kennedy, Elton John, Michel Polnareff, Serge Gainsbourg, Johnny Hallyday, Brigitte Bardot et bien d’autres …

La collection parcourt actuellement le territoire français, s’installant pour 15 jours chez des opticiens indépendants. 

► Pour en parler : Nathalie Marchais, directrice d’un magasin de lunettes à Châteauroux

► A lire également : Johnny, Audrey Hepburn, Brigitte Bardot : des lunettes de stars dans la vitrine d'une opticienne de Châteauroux

*

  - Aucun(e)
-

La société Api Tech à Nancy propose Smart Pizza, un distributeur qui dispose d’une chambre froide conçue pour garantir la fraîcheur des produits et d’un four pour la cuisson.

La pizza une fois prête est emballée dans une boite traditionnelle et prête à déguster. 

► Pour en parler : Frédéric Deprun, directeur général d'Api Tech.

► En savoir + le site internet et la page Facebook du distributeur Smart Pizza