Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

La nage en eau glacée… Un sport extrême

Diffusion du lundi 12 mars 2018 Durée : 19min

Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud s’intéressent également à une vente inédite de 500 affiches retraçant l’histoire des évènements de Mai 68 et à une restaurant qui rend hommage à Johnny Hallyday

*

Au sommaire aujourd’hui :

- Nage en eau glacée. Le championnat du monde vient d’avoir lieu en Estonie

- Mai 68. Vente inédite de 500 affiches retraçant l’histoire de cet incroyable mouvement populaire

- La table de Johnny. Un restaurant dédié à l’idole des jeunes

*

  - Aucun(e)
-

Plusieurs français ont participé du 6 au 10 Mars au championnat du monde de nage en eau glacée dont Denis Colombe.

Ce quinquagénaire avignonnais qui a déjà remporté précédemment le titre de champion du monde dans sa catégorie des 50/54 ans, s’était engagé dans les courses de 100 mètres, 200 mètres, 450 mètres et relais. 

En tout, l'équipe de France a raflé 11 médailles dont 4 en or dans ces championnats du monde qui ont rassemblé 1.386 nageurs de 40 pays, répartis en 13 catégories d'âge. 

Les courses se sont disputées dans le port de Tallinn.

Une piscine taillée dans la glace

La nage en eau glacée nécessite un entrainement spécifique. Toute l’année, il faut régulièrement acclimater son corps à évoluer dans un environnement froid. Ambulancier dans la vie, il s'entraîne en piscine, en eau libre et s’habitue à l’eau glacée dans son bac d’entrainement

Denis Colombe projette de traverser la Manche en relais le 26 avril. L’eau devrait être entre 10 et 12 degrés, beaucoup plus qu’en Estonie.

► Pour en parler : Denis Colombe lui-même

► A lire également : Un avignonnais aux championnats du monde de nage en eau glacée

*

  - Aucun(e)
-

Cette année, la France s’apprête à célébrer le 50e anniversaire des événements de Mai 68. 

Pour l’occasion, Artcurial propose demain mardi 13 mars, une vente inédite de 500 affiches, réunit par Laurent Storch, qui retrace l’histoire de cet incroyable mouvement populaire.

Imaginées et réalisées par les étudiants eux-mêmes, ces affiches ont accompagné le mouvement insurrectionnel du premier au dernier jour afin d’assurer un dialogue permanent et provocateur avec le pouvoir.

  - Aucun(e)
-

La première affiche de Mais 68 « Usines Universités Union » reproduite en 30 exemplaires et destinée à être vendue par des galeristes au profit du mouvement fut finalement collée sur les murs par les étudiants. Dès lors, environ 500 affiches différentes seront lithographiées, sérigraphiées ou imprimées par les étudiants de l’Ecoles des Beaux-Arts de Paris puis des Arts Déco et d’autres ateliers de Paris et en province pour être collées sur les murs du pays.

De « CRS SS » à « La lutte continue » en passant par « La chienlit c’est lui », rarement un combat politique n’aura laissé autant de traces iconographiques et mémorielles. Par contre, on ne trouvera aucune affiche avec la célèbre formule « Sous les pavés, la plage » car seul le slogan a existé.

► Pour en parler : Laurent Storch, amateur d’art contemporain et collectionneur de ces affiches depuis 1988.

► En savoir + : le site internet d’Artcurial

*

  - Aucun(e)
-

Le restaurant a ouvert le 14 février dernier à Sélestat dans le Bas-Rhin. 

Sur la carte, un burger « Gabrielle », une entrée « Requiem pour un foie » ou encore un gâteau « noir c’est noir ».

Des photos du chanteur, des années « yéyé » à ses dernières scènes, s’affichent partout : encadrées aux murs, imprimées sur les sets de table et les cartes de visite.

  - Aucun(e)
-

Lucien Rees et son épouse Germaine, ancienne disquaire, sont tous deux des fans de longue date. Lucien Rees a rencontré Johnny pour la première fois à Strasbourg, en 1964, au "Pénalty", un bar strasbourgeois, quai des Bateliers, alors qu'il faisait son service militaire à Offenbourg, en Allemagne, dans le Bade-Wurtemberg, de l'autre côté du Rhin. Les deux hommes ont sympathisé. Ils se sont revus à diverses reprises, notamment à la Foire aux Vins, à Colmar.

Il y a quelques années, Lucien Rees a acheté un juke boxe que Johnny avait fait fabriquer, le numéro 7 d'une série de 100, la copie d'un modèle de 1946. Il trône aujourd'hui rue des Marchands dans la vitrine du restaurant, pas loin de la légendaire Iron 883, une Harley-Davidson noire.

► Pour en parler : Lucien Rees, propriétaire du restaurant

► En savoir + : la page Facebook du restaurant

► A lire également : Un restaurant dédié à Johnny Hallyday ouvre à Sélestat