Toutes les émissions

Une heure en France

Du lundi au vendredi de 13h à 14h

-

L’usine sucrière de Soulou à Mayotte va bénéficier du loto du patrimoine

Diffusion du mercredi 6 juin 2018 Durée : 22min

Géraldine Mayr et Frédérique Daurelle s’intéressent également à une vente rarissime d’un des violoncelles de Guadagnini et à une exposition exceptionnelle autour du T-Rex.

*

Au sommaire aujourd’hui :

- L’usine sucrière de Soulou. En péril, elle va bénéficier du loto du patrimoine.

- Le violoncelle de Guadagnini. Un violoncelle rarissime en vente à Vichy

- Un T.Rex à Paris. Un dinosaure hors du commun

*

  - Aucun(e)
-

L’usine sucrière de Soulou à M’Tsangamouji à Mayotte fait partie des 18 monuments prioritaires qui vont bénéficier du loto du patrimoine.

Datant de 1856, le domaine sucrier de Soulou s'étend sur 400 hectares. Le passage du cyclone en mars 1898 a en partie détruit l'exploitation et l'usine située sur la commune de M'Tsangamouji à Mayotte.

Les naturalistes estiment que dix à quinze millions d’euros seront nécessaires pour la rénovation du site. 

Le loto du patrimoine

A partir du 3 septembre prochain et pendant plusieurs semaines, un loto du patrimoine va être organisé. Des tickets de jeu à gratter seront proposés dans des points de vente de La Française des jeux et sur Internet, avec à la clé un tirage spécial notamment. 

Sur le principe, le système est le même qu'un loto "traditionnel" : il s'agit d'un jeu de hasard, avec des gains à la clé pour les clients. A chaque ticket acheté 15 euros, 1,52 euro sera reversé à la Fondation du patrimoine.

  - Aucun(e)
-

Au total, la Française des jeux a estimé que le loto du patrimoine devrait permettre de récolter entre 15 et 20 millions d'euros.

La Fondation du patrimoine, qui œuvre à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine, a identifié environ 2.000 bâtiments en péril, puis en a sélectionné 269. 18 d'entre eux ont ensuite été jugés "prioritaires" en termes de restauration, un par région.

Le tirage du loto se fera le 14 septembre, veille du week-end des Journées du patrimoine.

► Pour en parler : Michel Charpentier, président de l'assoc les naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte nous raconte son histoire.

► En savoir + : le site internet Mission Stéphane Bern 

► Aller + loin : le site internet de la fondation du patrimoine

*

  - Aucun(e)
-

C’est le seul violoncelle de Guadagnini en vente dans le monde aujourd’hui. L’étiquette, qui est originale, indique l’année 1752. Il a été conçu à Milan, pendant l’âge d’or de la lutherie italienne

Composé d’érable, de saule et de sapin, il est été parfaitement conservé même s’il a été légèrement rallongé au XIXe siècle. À l’exception de la zone en bordure de la pièce de rallongement, il n’a subi aucune altération.

L’un des exemples les plus significatifs de cette conservation exceptionnelle est son vernis. Préservé à plus de 90%, il a gardé sa texture originale.

  - Aucun(e)
-

D’un orangé lumineux, la réflexion aux ultra-violets donne un blanc très légèrement orangé que l’on retrouve sur d’autres instruments du maître.

Le violoncelle est estimé entre 500.000 et 700.000 euros

Giovanni Battista Guadagnini

Giovanni Battista Guadagnini est né en 1711 à Plaisance en Italie. On sait très peu de choses de sa période d’apprentissage et l’idée communément admise aujourd’hui parmi les experts les plus réputés, est qu’il soit en grande partie autodidacte.

Ses premiers travaux datent du début des années 1740 dans sa ville natale. L’artisan acquiert rapidement une bonne réputation et se voit commander des instruments de la part d’artistes réputés. C’est l’un de ces artistes qu’il suivra à Milan en 1749.

Les experts considèrent que cette période milanaise la plus intéressante de l’auteur. En effet, le choix des matériaux, les modèles conçus, leur réalisation d’un point de vue technique et enfin, la composition du vernis sont tout simplement remarquables. 

► Pour en parler : Etienne Laurent, commissaire-priseur 

► En savoir + : le site internet de la maison de ventes Vichy enchères

*

  - Aucun(e)
-

Evénement phare de cet été dédié à la paléontologie, le muséum d’histoire national d’histoire naturelle à Paris accueil un spectaculaire et très rare spécimen quasi complet de tyrannosaurus rex présenté pour la première fois en France.

Cette femelle T-Rex découverte en 2013 dans le Montana aux Etats Unis est morte il y a 67 millions d’années. C'est le deuxième spécimen le plus complet au monde.

Son crâne original, non déformé, la rend particulièrement remarquable. Découvrez son anatomie, son régime alimentaire, ses combats…

  - Aucun(e)
-

Profitez de nombreux dispositifs ludiques et interactifs pour mieux appréhender la paléobiologie du T. rex. Particulièrement destinés aux enfants, ils vous invitent à vous intéresser à l’âge des T. rex, leur cerveau, leurs œufs, leurs proies, mais aussi à chercher des fossiles, faire du vélo pour comparer sa vitesse à celle du dinosaure, dessiner et même danser !

Munis de leur ticket d’entrée, les enfants ayant visité l’exposition pourront aussi jouer aux apprentis paléontologues et accéder à un chantier de fouille monté pour l’occasion dans le Jardin des Plantes.

► Pour en parler : Ronan Allain, commissaire de l'exposition et paléontologue au Jardin des Plantes de Paris

► En savoir + : le site internet du muséum d’histoire national d’histoire naturelle