Replay du samedi 12 septembre 2020

Vinocité : les défis de l'œnotourisme

Vinocité, c'est votre rendez-vous hebdomadaire avec le monde du vin en partenariat avec La Cité du Vin de Bordeaux. Pour ce deuxième numéro, nous parlons d'oœnotourisme et des grands défis à relever par la filière.

Œnotourisme
Œnotourisme © Getty - Œnotourisme

L'œnotourisme concerne près de 1000 propriétés en Gironde et attire plus de 4 millions de visiteurs dans le vignoble Bordelais. Comment cette filière s'est-elle développée et quelles solutions face à la crise du coronavirus ? On en parle dans Vinocité sur France Bleu Gironde 

Œnotourisme
Œnotourisme © Getty - Œnotourisme

Le monde de la viticulture comme le monde du tourisme sont confrontés à des contraintes inédites auxquelles personne n’était préparé. Ces deux univers marchent main dans la main depuis de nombreuses années avec des réussites et une professionnalisation remarquables. Aujourd’hui, il faut consolider mais aussi réinventer les modèles, imaginer de nouvelles expériences et faire évoluer la filière.  

Nos invités pour ce  deuxième numéro de Vinocité : Sylvie Cazes, viticultrice et présidente de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin. Brigitte Bloch, Vice Présidente du Conseil  Supérieur de l’œnotourisme et du Cluster oœnotourisme d’Atout France mais aussi Directrice Développement et Innovation du Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine et depuis peu Présidente de l’Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux-Métropole

Dans Vinocité , nous évoquerons aussi la programmation de la Cité du Vin avec les Journées du Patrimoine et une conférence sur "Les climats" de la Bourgogne le 19 septembre 2020 et enfin nous partirons pour le vignoble du Roussillon avec Mélanie Paris de la direction de la culture de La Cité du Vin de Bordeaux et Élodie Gratuze sommelière pour le voyage viticole en Roussillon

"C'est à Pauillac, dans les années 80 que débute l'aventure de l'œnotourisme en Gironde avec la première Maison des vins de Pauillac" explique Brigitte Bloch. Il faudra attendre quelques années pour que se développent les Journées Portes Ouvertes dans les châteaux et appellations puis une offre plus structurée ( hôtellerie et infrastructures)  qui attire de nombreux touristes étrangers mais aussi un public de proximité. " Aujourd'hui, on ne vient plus en Gironde que pour Bordeaux, le Bassin d'Arcachon ou les plages du littoral, on vient aussi pour l'œnotourisme" ajoute Sylvie Cazes qui dirige l'agence de voyage Bordeaux Saveurs. 

"Le vin c'est notre Tour Eiffel ! "  

Avec cette formule, Brigitte Bloch résume la puissante attractivité du vignoble. Les viticulteurs l'ont bien compris et proposent des séjours de plus en plus innovants et une expérience renouvelée avec des séjours qui désormais intègrent par exemple les problématiques de développement durable et de mobilité. 

Une filière qui malgré la crise sanitaire reste combative et qui compte bien en l'absence momentanée du tourisme international attirer de plus en plus de français qui veulent découvrir le vignoble et comprendre la viticulture. Le poids de ce secteur d'activité est considérable pour l’économie de la Gironde et plus largement de la Nouvelle-Aquitaine. C'est pour cette raison que les pouvoirs publics et les organismes parapublics soutiennent l'oenotourisme en soutenant "la diversification de l’offre et sa professionnalisation".  

Mots clés: