Replay du dimanche 30 avril 2017

Bernard Chevalier, vernisseur : du 24 au 30 avril

Installé depuis une dizaine d'années en plaine de Cutuli è Curtichjatu, aux portes d'Ajaccio, ce breton d'origine relooke divers mobiliers en bois. Rencontre avec cet artisan qui redonne vie aux objets.

Bernard Chevalier
Bernard Chevalier © Radio France - Christophe Zagaglia

Pas de panneau en bois, ni même en fer pour indiquer aux clients son atelier de la plaine de Cutuli è Curtichjatu, situé au-dessous de sa maison. C'est à croire que Bernard Chevalier l'a fait exprès. « C'est pour éviter d'être trop dérangé » dit-il en rigolant. « Plus sérieusement, je travaille beaucoup avec le bouche à oreille, les ébénistes, menuisiers et évidemment avec les particuliers » poursuit l'artisan.

Sa vocation ? Bernard l'a découverte sur le tard « j'ai une formation d'ébéniste sur le continent, j'ai fait du négoce dans le domaine du bois et je me suis spécialisé ensuite dans sa finition». Installé depuis plus de 15 ans avec sa famille dans la région ajaccienne, Bernard Chevalier est le seul aujourd'hui à être spécialisé sur l'île dans le vernissage « il y a beaucoup de menuisiers et d'ébénistes qui font un peu de finition. Avant, cela se limitait à du vernis, aujourd'hui, cela devient plus complexe car la tendance est beaucoup sur les laques, les patines, ce qui demande des formations et surtout du matériel que souvent les menuisiers ne possèdent pas » souligne le vernisseur.

Nouvelle jeunesse au mobilier

La mission de Bernard Chevalier ? Donner une seconde vie au mobilier et autres objets en bois qu'il relooke en travaillant sur des palettes de couleurs très variées, en jouant sur des aspects de matité ou de brillance « je fais moi-même mes teintes grâce à une balance électronique car les pigments sont à doser au 10ème de gramme près, il y a un petit côté chimiste dans ce métier ».

Pour un meuble, la première étape sera de le démonter pour ensuite poncer la totalité de la surface à traiter « c'est la partie la plus longue et la plus importante de l'intervention ». Viendra ensuite le passage en cabine pour lui donner un nouvel aspect avant le séchage « je travaille par pulvérisation, ce qui implique d'avoir le matériel adéquat, c'est un peu le même principe qu'une cabine de carrosserie, cela permet d'avoir un travail sans poussière ».

Au-delà du simple meuble, le vernisseur intervient sur des objets en bois divers et variés « il m'arrive de me déplacer chez des clients pour retravailler des portes, des escaliers, un portail, une terrasse, une cuisine. J'ai même redonné vie à un piano et à une guitare. L'objet le plus insolite sur lequel j'ai pu travailler restera un cercueil » souligne l'artisan.

Rôle de conseil

Les clients qui poussent la porte de l'atelier de Bernard Chevalier ont souvent une idée bien définie, d'autres, n'hésitent pas à lui demander de l'aide « mon rôle est également de les conseiller, dans ce métier il faut suivre la mode et la tendance. Le vert et surtout le bleu sont des couleurs qui aujourd'hui reviennent à mode. Le fait de travailler sur des couleurs, des patines, des effets et des objets différents évitent la routine dans ce métier».

Le tarif ? L'artisan va le fixer selon deux critères : « le premier est le temps que je vais passer à relooker l'objet, c'est l'essentiel du coût d'une restauration, vient ensuite le prix des produits qui vont être utilisés ».

L'avenir ? Bernard Chevalier le voit en rose laqué. « Le relooking des objets et du mobilier est devenu à la mode, grâce notamment aux nombreuses émissions de télévision, cela donne des idées aux gens ». Une tendance qui va durer. Vernisseur, un métier qui n'est pas près de se démoder.

Mots clés: