Émissions Toutes les émissions

Le dimanche à 15h, le mercredi à 20h, extraits à 7h23, 12h40 et 16h30.

Alix Gauffreau, sellier-harnacheur : Du 5 au 11 septembre

Sellier-harnacheur

In Vivo du dimanche 11 septembre 2016

Par

Alix Gauffreau, 24 ans est sellier-harnacheur à Albitreccia, sur la rive Sud du golfe d'Ajaccio. Rencontre avec une jeune femme passionnée par son métier et le monde du cheval.

    Podcasts :

  • RSS

Alix Gauffreau, sellier-harnacheur : Du 5 au 11 septembre

Une villa à Agosta Plage, à quelques centaines de mètres de la mer. C'est dans un petit garage, transformé pour l'occasion en atelier, sous la maison familiale, qu'Alix exerce son métier. Le cheval est sa passion. Elle monte depuis l'âge de 3 ans. Cet enfant de la rive sud d'Ajaccio a toujours voulu faire de son passe-temps son métier. Au départ, son rêve était d'intégrer la garde républicaine à cheval. Un désir qui n'a pu se concrétiser. « J'étais trop petite de taille pour intégrer ce corps de la Gendarmerie Nationale » dit-elle avec un brin de déception.

Alix ne baisse pas les bras. Une autre idée lui vient à l'esprit : rendre service aux cavaliers et aux propriétaires d'équidés. « Je me suis aperçue qu'il n'y avait plus de sellier-harnacheur en Corse. Le dernier à Ajaccio a cessé son activité il y a 20 ans » poursuit la jeune femme.

Ayant pris conscience d'une « place à prendre » dans ce domaine, Alix décide de partir sur le Continent pour se former. Direction Donzy, un petit village à proximité de Cluny en Bourgogne. La jeune femme y apprend toutes les techniques de la profession, avec un sellier-harnacheur expérimenté, durant 2 ans en formation continue. « L'examen portait sur la fabrication à la main et il fallait avoir quelques connaissances équines de base » argumente l'artisan.

Son CAP en poche, Alix Gauffreau est de retour en Corse et décide de s'installer chez elle, à Albitreccia. Elle y trouve l'aide de ses parents. « Ils m'ont toujours soutenue dans mes projets. Mon père m'a laissé le garage, on a bricolé pour faire mon atelier avec du matériel de récupération, une vieille cuisine a fait l'affaire » se souvient la jeune femme. L'entreprise est créée. Elle prend le nom d'Atelier Atletico. « C'est le nom de mon cheval » dit Alix amusée.

Alix Gauffreau dans son atelier - Radio France
Alix Gauffreau dans son atelier © Radio France - Christophe Zagaglia

Qui veut voyager loin, ménage sa monture

Aujourd'hui, Alix est la seule diplômée en Corse à exercer le métier de sellier-harnacheur. Elle commence à avoir sa clientèle. Des particuliers de toute la Corse l'appellent.      « C'est un métier qui fonctionne beaucoup grâce au bouche à oreille. Le monde équestre insulaire est un microcosme. Je travaille beaucoup avec les particuliers et les écuries de propriétaire. En revanche très peu avec les centres équestres car cela a un coût pour eux » affirme la jeune femme.

Alix se déplace également chez ses clients mais aussi dans les foires. Elle a sillonné cet été les plus grandes foires agricoles de l'île « Une occasion pour rencontrer ma clientèle et faire découvrir mon activité» souligne-t-elle.

« Il y a souvent un caractère urgent dans les commandes. Je travaille uniquement à la main dans la plus pure tradition de la sellerie française, c'est un métier qui demande souvent du temps et de la patience. C'est très physique mais on prend vite l'habitude. D'ailleurs aujourd'hui sur le Continent, il y a de plus en plus de femmes qui exercent ce métier» .

Selles, licols, bridons de randonnée, autant de petites ou grosses réparations qui rythment le quotidien de la jeune femme.

Alix Gauffreau est aussi une créatrice et propose des produits pour les hommes et les femmes. Sur les foires, en commande, elle fabrique et créée ceinture, ceinturon, porte-carte, sous-main, étui couteau en cuir. « Ça me permet de me diversifier. Je suis quelque part une artiste, les fabrications viennent de mon esprit ou de celui du client » poursuit le jeune sellier-harnacheur.

Cet automne, Alix franchira à nouveau la Méditerranée pour continuer à se former durant plusieurs mois. Pendant ce temps, son papa, celui qui lui a mis le pied à l'étrier, tiendra boutique. Avant de se remettre en selle pour satisfaire de nouveaux cavaliers insulaires.

Un métier manuel dans la plus pure tradition de la sellerie française - Radio France
Un métier manuel dans la plus pure tradition de la sellerie française © Radio France - Christophe Zagaglia

Partager sur :