Encore un navire de la société Sea Tankers, basée à Mérignac, attaqué dans le golfe de Guinée

France Bleu Gironde mardi 18 juin 2013 à 15:54

La société Sea Tankers est basée à Mérignac
La société Sea Tankers est basée à Mérignac © Sea-tankers

L'Adour, un chimiquier de 140 mètres de long avec à son bord 15 membres d'équipage, avait été détourné vendredi dernier sur la côte Ouest de l'Afrique. En quittant le navire 3 jours plus tard , les pirates avaient pris un marin français en otage. Il vient d'être libéré, sain et sauf

 

Les pirates s'étaient emparés vendredi dernier de l'Adour, un chimiquier de 110 m de long, alors qu'il naviguait au large du Nigéria, après être parti la veille du port de Lomé, au Togo.3 jours plus tard, la marine nigériane a délivré le navire, tous les membres d'équipage ont alors été libérés, sauf un, utilisé comme bouclier humain par les pirates pour couvrir leur fuite. Le marin français a ensuite été transporté dans un village du sud du Nigéria, où ses ravisseurs l'ont abandonné, quand ils ont su que l'armée allait intervenir. Ce qui s'est produit la nuit dernière. On ignore si une rançon a été payée.

Le Gascogne avait déjà connu pareille mésaventure 

 

En février , c'est le Gascogne, un autre tanker de l'armateur girondin, qui avait été attaqué quasiment au même endroit, au large de la cote d'Ivoire. Les pirates avaient fini par relâcher le personnel au bout de 48 heures, en siphonnant au passage une partie du fuel lourd que transportait le navire.

Après les côtes somaliennes et la Corne de l'Afrique, le Golfe de Guinée est devenu ces dernières semaines la nouvelle plaque tournante de la piraterie en mer. Une trentaine d'attaques ont déjà été recensées depuis le début de l'année. 

"Les pirates s'étaient servis du marin français comme bouclier humain pour couvrir leur fuite"