Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Europe VS Chine : la guerre des panneaux solaires, kézako ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'Union européenne a engagé mardi un bras de fer commercial avec le géant asiatique. En décidant de taxer les panneaux solaires fabriqués en Chine, les Européens risquent de sévères sanctions commerciales en retour, sur fond de tensions entre la France et l'Allemagne. Pourquoi un tel imbroglio ? Comment l'interpréter ? Décryptage.

Les taxes entreront en vigueur ce jeudi, pour six mois
Les taxes entreront en vigueur ce jeudi, pour six mois © Maxppp

Tir de semonce de l'Union européenne

C'est la Commission européenne qui a mis le feu aux poudres mardi, en décidant de taxer les panneaux solaires importés de Chine. A partir du 6 juin, ces produits chinois seront donc imposés à hauteur de 11,8%, et si aucun accord n'est trouvé avec Pékin dans les deux mois, le taux sera relevé à 47,6% en moyenne.La Commission dénonce la concurrence déloyale qu'opèrent les Chinois dans le secteur, en se livrant à "des pratiques de dumping" de leurs entreprises. Ce qui a pour effet d'écraser leurs homologues européenns. Plusieurs entreprises allemandes (Q-Cells et Solarhybrid) et françaises (Solar France) ont déjà mis la clé sous la porte. D'autres ont été reprises, comme la Française Photowatt par EDF. Quelque 30.000 emplois sont en jeu, selon Bruxelles.

Pékin réplique

La Chine, qui avait tenté jusqu'au bout d'empêcher l'Europe de franchir cette ligne rouge, a immédiatement dénoncé le "protectionnisme" de son partenaire, et lancé une contre-attaque. Sa cible... les vins ! Une enquête a donc été lancée par Pékin, dans le but de vérifier que l'Europe ne se livre pas, elle aussi, à des pratiques de "dumping" dans ce secteur phare pour ses exportations.Le montant annuel des ventes de vins et spiritueux européens vers la Chine dépasse en effet le milliard d'euros. Et le premier exportateur européen vers Pékin est la France, avec 140 millions de litres de vin vendus en 2012, pour un montant de 788 millions de dollars. Il ne faut pas s'y tromper, c'est bien la France qui est visée en premier lieu par ces mesures de représailles.

En 2012, la France a vendu 140 millions de litres de vin aux Chinois - Maxppp
En 2012, la France a vendu 140 millions de litres de vin aux Chinois © Maxppp

Diviser le couple franco-allemand pour mieux régner

Car dans cette affaire, Pékin exploite à merveille l'adage qui veut que pour mieux régner, il faut diviser. L'Allemagne et la France ne partagent absolument pas le même avis sur la décision de la Commission. Saluées par Paris, les taxes décidées par les commissaires contre les produits chinois sont qualifiées de "grave erreur" par Berlin.

"L'Allemagne a toujours clairement dit que nous, le gouvernement, privilégions le dialogue et non la confrontation", a expliqué le ministre allemand de l'Economie, Philipp Rösler, mercredi. Le pays est en effet quelque peu épargné par la concurrence chinoise et n'a rien à gagner dans une confrontation avec Pékin. Sur les 10.000 entreprises allemandes oeuvrant dans le secteur solaire, seules 350 sont des producteurs de panneaux, les autres sont plutôt des revendeurs ou des installateurs qui profitent des panneaux chinois bon marché.

Une sortie de crise en deux temps ?

La cacophonie est néfaste pour l'Europe, qui espérait avec ces mesures taper du poing sur la table et envoyer un signe fort à son partenaire asiatique. Pour y mettre un terme, François Hollande a plaidé ce mercredi pour une solution en deux temps. D'abord, organiser une réunion des vingt-sept Etats membres, avec pour objectif d'accorder les violons européens. Second temps, repartir sur le front des négociations avec la Chine. Si l'issue de ces pourparlers s'avérait positive, la Commission pourrait à terme faire marche arrière et renoncer à son système de taxes, prévu pour ne durer que six mois. Dans le cas inverse, la taxation des panneaux solaires sera pérennisée au-delà.

Vers une guerre commerciale euro-chinoise : le conflit, les chiffres - Maxppp
Vers une guerre commerciale euro-chinoise : le conflit, les chiffres © Maxppp
Choix de la station

France Bleu