Fin des primeurs dans le bordelais : une semaine pour tout changer

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde mercredi 2 avril 2014 à 10:09

Les prix des vins français s'envolent
Les prix des vins français s'envolent © Fotolia.com

Après six jours d'intenses dégustations et démonstrations, la Semaine des primeurs se termine demain jeudi pour les viticulteurs de Gironde qui y ont participé. Cette semaine des primeurs leur permet de faire goûter en avant première le millésime 2013 pour déclencher ensuite un maximum de ventes.

Laurent Cogombles tire ce mercredi matin un bilan positif de cette Semaine de primeurs dans son appellation, les Pessac Léognan. Le président du syndicat viticole confirme que le millésime 2013 ne s'annonce pas exceptionnel mais joue aussi franc-jeu.

"Nous n'avons jamais revendiqué en Pessac Léognan un grand millésime" — Laurent Cogombles

Ce contexte a rendu cette Semaine des primeurs d'autant plus importante pour les domaines qui cette année plus que d'autres ont eu besoin de faire goûter leur production. En Pessac Léognan, c'est par exemple une grosse moitiié de la récolte qui est vendue en primeur, l'investissement colossal sur la semaine en vaut donc largement le coup selon le président pour qui même les plus petits châteaux peuvent avoir des retombées.

"C'est vrai que les primeurs ça coute très cher et que tout le monde ne peut pas y participer mais ça profite à tout le monde". — Laurent Cogombles

Quand à ce millésime 2013, en Pessac Léognan, comptez sur des vins qui ne se garderont pas plus de cinq ans selon les professionnels de l'appellation.

Laurent Cogombles: "On ne revendique pas un grand millésime!"

Partager sur :