Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin des privilèges pour les salariés du public? Un scandale pour la CGT-EDF de Franche-Comté

mercredi 28 août 2013 à 6:00 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les agents EDF ne payent presque pas d'électricité, un privilège qui coûte plusieurs milliards d'euros à l'entreprise chaque année. La Cour des comptes les juge trop coûteux en période de crise et réfléchit à les supprimer.Les salariés de l'aire urbaine concernés se disent prêts à se mobiliser.

Avion d'Air France sur le tarmac de Montpellier
Avion d'Air France sur le tarmac de Montpellier © MaxPPP

C'est peut-être la fin d'une époque pour les cheminots et leur famille. La Cour des Comptes envisage de supprimer les tarifs ultra préférentiels qui leur sont proposés, à eux et à leur famille. Un privilège obtenu en 1938 au titre de la pénibilité de leur métier et qui coûte 110 millions d'euros à la SNCF chaque année.

Même principe pour les salariés d'Air France qui bénéficient de billets d'avion entre 80 et 85% moins cher que le grand public, et pour les agents EDF-ERDF qui payent seulement 10% de leur facture d'électricité.

"Cela compense nos salaires plus faibles que dans le privé et c'est une juste récompense pour nos métiers difficiles."

C'est justement EDF-ERDF qui est la plus pointée du doigt par la Cour des comptes. En 2010, les sages avaient déjà rendu un rapport plutôt froid sur la politique salariale "généreuse" de l'entreprise. "C'est un scandale, réagit pourtant Pascal Tozzi, secrétaire régional CGT - EDF en Franche-Comté. Ces privilèges compensent nos salaires plus faibles que dans le privé et c'est une juste récompense pour nos métiers difficiles." Le syndicaliste belfortain et ses camarades se disent prêts à se battre, une nouvelle fois, pour garder leurs avantages.

Chez PSA Peugeot les salariés ont droit à des réductions sur les voitures.

Mais ces privilèges ne sont pas seulement le fait des entreprises publiques. Dans une moindre mesure, ils se pratiquent aussi dans le privé. Les salariés de PSA Peugeot Citroën par exemple peuvent acheter une voiture neuve 10% moins cher que le prix affiché et 30% moins cher s'il s'agit d'un véhicule d'occasion.

En fait, loin d'être choqués par ces avantages "en nature", certains patrons du secteur privé réclament seulement un peu de modération. "Il faut faire un geste envers les collaborateurs méritants mais dans la mesure du raisonnable. D'ailleurs chez les petites et moyennes entreprises, nous aimerions les récompenser mais nous n'avons pas les moyens de le faire" explique Daniel Jakubzak, président du club des créateurs d'entreprise du Territoire de Belfort.

A écouter

Daniel Jakubzak et Corinne Riquet, déléguée CGT chez EDF-ERDF à Montbéliard, ce mercredi 28 août à 7h15 et 7h45 sur France Bleu Belfort Montbéliard.