Fin des quotas laitiers : les producteurs de Champagne-Ardenne s’interrogent pour leur avenir

France Bleu Champagne-Ardenne mardi 31 mars 2015 à 11:00

Élevage de vaches (photo d'illustration)

L’Union Européenne tourne la page des quotas laitiers, qui encadrait jusqu’à présent la production des 28 Etats membres. Dans la Marne et les Ardennes, les éleveurs craignent une baisse des prix.

Cela faisait plus de 30 ans que les producteurs de lait étaient soumis à la règle des quotas de production au sein de l’Union européenne . Ce 1er avril, ces quotas laitiers disparaissent en France, comme dans les 27 autres pays européens (voir notre dossier complet).

« Cette fin des quotas a été largement anticipée , explique Bruno Lancelot, président de la section lait de la FDSEA de la Marne , ils sont remplacés par des contrats que nous avons signés avec les industriels laitiers : les volumes qui figurent dans les contrats sont les même qu’avant, cela stabilise la production pour le moment » .

Risque de volatilité des prix

Cette évolution majeure impacte directement 140 producteurs laitiers dans la Marne et 750 dans les Ardennes. Faut-il s’attendre à une chute des prix ? Bruno Lancelot se veut prudent sur la question : «  il peut y avoir une volatilité beaucoup plus forte des prix. Avec les quotas, les pays qui produisaient plus que ce que payaient des pénalités. A partir de maintenant, les producteurs seront pénalisés en cas de surproduction par le prix de marché qui s’établit à l’équilibre en l’offre et la demande » .

Quand à l’avenir des producteurs, Brunot Lancelot, lui-même exploitant à Anglure dans le sud de la Marne, admet que la tendance va vers la concentration des exploitations, à moins de se diversifier. « Dans notre région, nous avons des systèmes basés sur la polyculture-élevage et on constate que la rentabilité de la production laitière n’est plus la, à cause des coûts des matières premières et des travaux toujours plus importants à effectuer pour se mettre aux normes » conclut-il. 

Invité France Bleu Champagne Ardenne

A LIRE AUSSI : La fin des quotas laitiers, opportunité ou piège ? Les producteurs français hésitent