Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

François Hollande confirme une peine sans prison dans sa réforme pénale

vendredi 30 août 2013 à 12:31 Par Marina Cabiten, France Bleu

Les arbitrages sur la réforme pénale ont été rendus vendredi. Une peine de contrainte pénale est créée, c'est-à-dire une peine sans prison pour certains délits. Les peines plancher sont supprimées.

Christiane Taubira, ministre de la justice, garde des sceaux
Christiane Taubira, ministre de la justice, garde des sceaux © Christophe Petit Tesson - Maxppp

"Les prisons n'ont jamais été aussi pleines, et trop de peines ne sont pas exécutées" . François Hollande explique ainsi son choix concernant la création de la peine de contrainte pénale. Une peine sans prison , pour certains délits. Le président de la République confirme aussi la suppression des peines plancher dans son arbitrage sur la réforme pénale, rendu vendredi.

Cette réforme a pour but de désengorger les prisons, et en même temps de lutter contre la récidive. Son contenu a violemment opposé deux ministres cet été : Christiane Taubira à la Justice et Manuel Valls pour l'Intérieur. Ce choix du président de la République va dans le sens de Christiane Taubira, mais elle refuse d'entrer dans la polémique :

Christiane Taubira sur l'arbitrage de la réforme pénale - France Info

Le gouvernement veut aussi faire baisser le nombre de sorties "sèches", c'est-à-dire sans accompagnement. Elles représentent 80% des libérations aujourd'hui.

Pour l'opposition, cette réforme est laxiste. Jean-Marc Ayrault pense au contraire que c'est "la fin de l'affichage et du laxisme" légué selon lui par le précédent gouvernement. Le Premier ministre assure que cette peine sans prison sera accompagnée de moyens plus importants, avec plus de 300 recrutements l'année prochaine pour le suivi des condamnés, et la poursuite du recrutements de magistrats. 

Le texte sera présenté en Conseil des ministres en septembre ou octobre.