Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gauche et droite s’affrontent sur la réforme pénale

mardi 20 août 2013 à 19:29 Par Philippe Rey-Gorez, France Bleu Auxerre

Sur fond de mutineries dans les prisons et de règlements de compte à Marseille, un des dossiers brûlants de la rentrée du gouvernement sera la réforme pénale, sur laquelle s'opposent Christiane Taubira et Manuel Valls, mais aussi PS et UMP, notamment leurs représentants dans l'Yonne.

LePoint.fr a publié certains articles de ce qu'il nomme "l'avant projet de loi" de la garde des sceaux. Christiane Taubira propose notamment d'examiner systématiquement la possibilité d'une sortie de prison aux deux tiers de la peine, pour les personnes condamnées à 5 ans de prison au maximum.

Manuel Valls n'est pas d'accord. Il l'a d'ailleurs écrit dans une lettre adressée à François Hollande. Pas d'accord non plus, la droite, qui crie au laxisme.

Marie Louise Fort est députée UMP de l'Yonne. Pour elle, la justice se doit d'aller plus loin dans les sanctions.

Marie-Louise Fort

 

Mais pour le député maire socialiste d'Avallon Jean-Yves Caullet, plus que des sanctions exemplaires, les magistrats doivent avoir la possibilité d'agir au cas par cas.

Jean-Yves Caullet

Toujours d’après ce que Lepoint.fr pense savoir,  Christiane Taubira envisage aussi une réduction de peine pour les récidivistes.Elle souhaite également que la peine d'emprisonnement ne soit prononcée qu’en dernier recours.

La date de présentation du texte en conseil des ministres n’est pas encore connue.