Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le gaz de schiste en France

Gaz de schiste : soulagement en Dordogne après le rejet du permis de Brive

-
Par , France Bleu Périgord
Manuel

C'est le soulagement dans le Sarladais. La ministre de l'Écologie, Delphine Batho, a rejeté le permis de Brive qui devait autoriser l'exploration du gaz de schiste dans l'est de la Dordogne.

Le 9 juin dernier, un millier de personnes avaient manifesté contre ce permis.
Le 9 juin dernier, un millier de personnes avaient manifesté contre ce permis. © Maxppp -

Le permis de Brive qui devait autoriser l'exploration du gaz de schiste dans la partie est de la Dordogne est rejeté. La ministre de l'Écologie l'a confirmé ce matin à l'AFP. L'entreprise Hexagon Gaz, basée à Singapour, voulait exploiter du gaz de houille dans le Sarladais mais également dans le nord du Lot et le sud de la Corrèze. Le permis de Brive portait sur 1.777 km² au total.

Mais selon Delphine Batho, les analyses menées par le gouvernement ont soulevé des doutes sur la sincérité de la société. Hexagon Gaz aurait envisagé de recourir à la fracturation hydraulique pour explorer du gaz de schiste, une technique interdite en France depuis juillet 2011.

Le soulagement des Sarladais

Le 9 juin dernier, près d'un millier de personnes avaient manifesté contre ce permis de Brive dans les rues de Sarlat. Les membres de l'association Vigilance Périgord sont aujourd'hui soulagés. Mais pour la présidente de l'association, Dominique Pouyer-Hue, il faut rester vigilants.

"Pour le moment on laisse éclater notre joie. Mais malheureusement le risque est toujours là. Le permis de Brive a été rejeté parce que la fracturation hydraulique est interdite en France. Et cette loi de 2011 est remise en question aujourd'hui" (Dominique Pouyer-Hue, Vigilance Périgord)

Dominique Pouyer-Hue, Vigilance Périgord: "C'est vraiment une grande joie, malheureusement le risque existe toujours"

Lire aussi | OGM, gaz de schiste, retraites agricoles : ce qu'il faut retenir de la visite de François Hollande en Dordogne

→ Notre dossier "Le gaz de schiste en France"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu